/sports/fighting
Navigation

Partagé entre Montréal et Las Vegas

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | Bien que ce soit la boxe qui l’amène au Nevada, Russ Anber n’a pas pu s’empêcher d’être présent au T-Mobile Arena pour assister au cinquième match entre le CH et les Golden Knights. 

• À lire aussi: Pour une reprise normale de la boxe

« J’ai grandi avec les Canadiens, c’est sûr que je suis partisan ! Mon premier héros dans le monde du sport, c’est Rogatien Vachon. [...] Mais là, je te dirais plus que je suis neutre », raconte l’homme de boxe.

Le Québécois possède un abonnement de saison depuis la première campagne des chevaliers du désert, alors que sa compagnie, Rival, a ouvert ses bureaux à Las Vegas en 2014. 

« J’aime pas déménager. Mais depuis [mon arrivée], j’ai découvert une autre partie de cette ville, même si avant ça faisait 20 fois que je venais ici, et je suis tombé en amour avec Vegas », affirme Anber. 

Rencontré devant l’amphithéâtre avant le duel, il s’attend à un match serré, comme c’est le cas depuis le début de cette demi-finale de la coupe Stanley. 

« Ça peut aller d’un bord comme de l’autre. C’est une série qui aurait pu être menée 3-1 par les deux équipes. Si [Marc-André] Fleury avait pas fait sa gaffe, les Golden Knights étaient à un cheveu de gagner. Le Canadien aurait pu gagner le match numéro 4 », analyse Anber.

« Une série de gardiens de but »

Selon lui, le duel de gardiens entre Carey Price et le duo de Marc-André Fleury et de Robin Lehner auquel on assiste rend les matchs encore plus intéressants.

« C’est une série de gardiens de but, c’est vraiment eux qui font la différence présentement et qui gardent leurs clubs dans la game. Price est vraiment incroyable depuis le tout début », fait valoir Anber. 

Pas d’accord avec DeBoer

Ce dernier s’explique mal la décision de l’entraîneur Peter DeBoer d’avoir laissé sur le banc le Québécois, adoré des fans de Vegas, au profit de Lehner.

« Ça envoie un mauvais message à Fleury, c’est vraiment le pointer du doigt et dire que tout est de sa faute. Ça peut venir affecter sa confiance », estime-t-il, rappelant que l’offensive des Golden Knights ne marque pratiquement pas dans cette confrontation.

« Ceci dit, l’histoire lui aura finalement donné raison parce qu’ils ont gagné le match avec Lehner, mais je ne suis quand même pas d’accord », indique Anber.