/news/politics
Navigation

Vague de féminicides: QS presse la CAQ d’investir en habitation

La députée solidaire Christine Labrie
PHOTO D'ARCHIVES La députée solidaire Christine Labrie

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire fait pression sur le gouvernement Legault pour des logements abordables, une façon supplémentaire de prévenir les féminicides, selon le parti.

• À lire aussi: Violence conjugale: les centres de femmes accusent la ministre Guilbault d’être insensible

• À lire aussi: Violence conjugale: un message à envoyer aux agresseurs

• À lire aussi: Ville de Québec: il n’y a plus de logements sociaux disponibles, s’alarme Régis Labeaume

À Sherbrooke, où 800 familles sont en attente d’un logement social selon les chiffres de QS, la députée Christine Labrie fait un lien entre la violence conjugale et la difficulté, pour les femmes, de trouver un logement.

«La semaine dernière, quand le Québec a été frappé par le 13e féminicide de l’année, la ministre Geneviève Guilbault a dit que la CAQ avait fait tout ce qu'elle pouvait pour empêcher de telles tragédies. C'est faux», a-t-elle affirmé par voie de communiqué.

«Non seulement la CAQ ne répond pas à l’ensemble des besoins exprimés par les organismes d’aide aux victimes de violence conjugale et sexuelle, mais elle n'agit pas non plus pour lutter contre la crise du logement en augmentant l’offre de logements abordables», a ajouté la députée solidaire.

«Le manque de logements abordables à Sherbrooke maintient les femmes dans le milieu violent de l’exploitation sexuelle. Certaines voudraient en sortir, mais sont forcées d’y retourner, car elles n’ont nulle part où aller», a souligné une intervenante au CALACS-Estrie, Kelly Laramée.

Selon Christine Labrie, l’accès à un logement abordable est pourtant une des «clés» pour lutter contre la violence conjugale, puisque, sinon, «les victimes de violences restent prisonnières de milieux dangereux pour leur sécurité».

C’est pourquoi elle demande au gouvernement Legault d’accélérer la mise en place du Programme d’aide financière d’urgence pour aider les femmes victimes de violence conjugale à quitter rapidement leur foyer.

Créé dans la foulée de l’adoption du projet de loi 84 le printemps dernier, ce programme doit être progressivement mis en place à partir de l’automne.

«Le gouvernement doit profiter de la relance post-COVID pour lancer de vastes chantiers de logements sociaux partout au Québec, au nom des milliers de familles qui attendent depuis des années, mais aussi au nom de toutes les femmes qui cherchent un nouveau toit où se sentir en sécurité», estime pour sa part le porte-parole de Québec en matière de logement, Andrés Fontecilla.

À VOIR AUSSI