/misc
Navigation

Élection fédérales: tous les indicateurs sont en zone verte

Coup d'oeil sur cet article

Mercredi, la Chambre des communes a fermé ses portes pour la période estivale, une fermeture qui risque de s’étirer avec un éventuel scrutin en septembre.

Justin Trudeau n’a pas encore confirmé que les Canadiens iront aux urnes cet automne, mais les indices s’additionnent chaque jour. Le dernier élément est l’annonce, hier, du nouveau directeur de la campagne nationale du Parti libéral du Canada, Azam Ishmael.

Cette annonce peut sembler contradictoire quand on entend M. Trudeau dire qu’il ne veut pas d’élections, mais cette nouvelle est un signal qui vise les troupes libérales. Justin Trudeau veut leur dire de se préparer, que les vacances seront courtes.

Stabilité recherchée

Jeudi matin, la firme de sondage Abacus Data, une firme qui a fait bonne figure en 2019, a publié un nouveau portrait de la situation au pays. Les libéraux mènent avec une avance de dix points sur les conservateurs.

Une bonne nouvelle pour M. Trudeau, mais la meilleure nouvelle réside dans le faible taux concernant le désir de changer de gouvernement.

En août 2019, le désir d’avoir une nouvelle équipe à la tête du pays était à 53%, tandis qu’il est à 38% aujourd’hui. Ainsi, il faut croire que la pandémie s’est traduite par un besoin de stabilité chez les électeurs.

Avec cet état de situation, ce sera difficile pour les partis d’opposition de jouer la carte du désir du changement.

Quand?

La décision du moment où la campagne sera déclenchée officiellement repose dans les mains de Justin Trudeau.

Bien entendu, la situation épidémiologique va peser dans la balance. Idéalement, il devra faire en sorte que la campagne se termine avant la reprise de toutes les activités à l’automne.

Ainsi, on ne doit pas se surprendre si les hostilités électorales commencent dès la première semaine du mois d’août. Dans ce cas, le vote se tiendrait au tour de la mi-septembre.

Préalablement, le premier ministre devra nommer un nouveau gouverneur général, car présentement, c’est le juge en chef du Canada, le très honorable Richard Wagner, qui occupe le poste d’administrateur du gouvernement du Canada jusqu’à la nomination du prochain gouverneur général.

Il serait surprenant que Justin Trudeau demande au juge Wagner de dissoudre la Chambre des communes. Ainsi, la nomination du successeur de Julie Payette sera un autre signe que la campagne est à nos portes.

D’ici là, profitons de la finale de la Coupe Stanley avant que les séries éliminatoires de notre deuxième sport national ne débutent.