/opinion/columnists
Navigation

Éloge des exaltés

Coup d'oeil sur cet article

Comme tout le monde, je regarde les matchs des Canadiens, impressionné par leur percée, espérant qu’ils remportent la Coupe Stanley.

Une chose me frappe, toutefois : les lois du sport professionnel sont fondamentalement contradictoires avec notre époque.

Il repose sur le culte de l’effort, et si chacun doit se donner au maximum, c’est au service d’un objectif collectif. 

Sport

Il repose sur des talents exceptionnels, ceux d’une élite sans laquelle certains grands accomplissements seraient impossibles. 

Nous admirons dans le sport ce que nous nous interdisons dans la vie sociale.

Allons plus loin. 

On ne devient pas excellent en se contentant de demi-mesures. 

Le beige pâle n’est pas la couleur du triomphe. Il ignore les coups d’audace, les transgressions fécondes ! 

Est-ce que quelqu’un sur cette terre a déjà entendu parler du charme infini de l’eau tiède ? Non. 

Celui qui joue intégralement selon les règles terminera probablement bon deuxième. C’est celui qui change les règles et impose les siennes qui l’emporte. 

De même, celui qui accepte à l’avance la possibilité de sa défaite y est presque condamné. 

Notre époque, et peut-être est-ce encore plus vrai au Québec qu’ailleurs, ne tolère pas les exaltés, elle se méfie de la démesure créatrice, elle redoute les personnalités fortes. 

Pire : elle les pousse au refoulement. Elle veut les casser, les humilier. 

Vocation

Notre époque, conformiste et faussement tolérante, valorise les personnalités molles, exagérément consensuelles, flasques, qui prennent leur place dans un moule dont elles ne sortiront plus. 

Dès qu’un homme assume un leadership, on le soupçonne de verser dans la masculinité toxique. Et dès qu’une femme lève la voix et exerce vraiment son autorité, elle est jugée hystérique.

Ce qui fait le charme de l’existence, ce sont les personnalités d’exception, souvent riches de contradictions, qui ont une vocation et l’assument. Ce sont elles qui peuvent bouleverser l’existence des autres en allant jusqu’au bout d’elles-mêmes.