/sports/others
Navigation

Tour de France: Houle et Boivin évitent deux chutes massives

Coup d'oeil sur cet article

Dans une première étape marquée par deux chutes massives, les Québécois Hugo Houle et Guillaume Boivin ont évité de justesse les blessures.

• À lire aussi: Tour de France : première journée chargée pour les deux Québécois

Chaque année, la nervosité du peloton provoque des carambolages monstres et la Bretagne n’a pas fait exception à la règle. Houle et Boivin ont évité le pire, mais Michael Woods a frôlé la catastrophe. 

Une spectatrice heureuse de montrer son affiche a provoqué un accident majeur dans lequel des dizaines de coureurs se sont retrouvés au sol. 

Les fans ont déjà vu un gendarme insouciant à Armentière en 1994, ou Lance Armstrong se prendre dans la musette d’un enfant en 2003, mais jamais les spectateurs ne devraient influencer le déroulement d’une épreuve. 

Des plaies à guérir

D’ailleurs, la spectatrice à l’origine de cet accident a quitté les lieux avec l’arrivée des enquêteurs. Le Tour de France a d’ailleurs annoncé sa volonté de porter plainte contre elle. Le public fera toujours partie de la course, mais les spectateurs doivent être prudents autant que les cyclistes.

« C’est fâchant. Les gens doivent être disciplinés. Tony Martin a frappé la pancarte de plein fouet. Il y a eu un effet domino dans le peloton. Je suis resté sur mon vélo et c’est mission accomplie », a expliqué Hugo Houle, qui a pris le 70e rang, à 2 min 16 s du vainqueur Julian Alaphilippe. 

Dans ce chaos, Guillaume Boivin a montré qu’il pouvait passer les bosses en prenant le 31e rang à 51 secondes du gagnant. 

« Nous sommes tombés dans la première chute, mais je suis revenu rapidement. La deuxième chute était vraiment incroyable et presque tout le monde est tombé sauf moi. C’est une journée plutôt noire », a-t-il confié.  

Michael Woods a finalement perdu plus de huit minutes. Il devra maintenant panser ses plaies. « Ce n’est pas le début que je voulais. Je suis un peu écorché, mais je vais survivre. »