/news/currentevents
Navigation

Victoire du Canadien: le pire a été évité cette fois-ci

La police a dispersé les citoyens après les premiers débordements

SPO
Photo Agence QMI, Mario Beauregard La distanciation était inexistante jeudi et le port du masque très rare autour du Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

La police de Montréal estime que son intervention rapide après la victoire du Canadien a permis d’éviter le pire jeudi soir aux abords du Centre Bell, au grand soulagement des commerçants du secteur. 

• À lire aussi - Les rassemblements monstres de partisans divisent les experts

• À lire aussi - Foule à Montréal: pas les mêmes règles pour tous?

• À lire aussi - «On n’est jamais prêt pour les casseurs»

« Dès que la partie s’est terminée, certains ont traversé la ligne. Quelqu’un est monté sur un véhicule [de police], les autres ont suivi et l’ont encouragé. L’effet d’entraînement, c’est ce qu’il y a de plus dangereux dans les grandes foules », relate David Shane, porte-parole au Service de police de la Ville de Montréal.

Lorsque le Canadien a marqué le but victorieux les menant à la finale de la Coupe Stanley pour la première fois depuis 1993, des fêtards se sont attaqués au mobilier urbain, notamment en brandissant des cônes orange.

Des casseurs se sont bien défoulés sur une autopatrouille.
Photo Agence QMI, Thierry Laforce
Des casseurs se sont bien défoulés sur une autopatrouille.

Moments dangereux

Des projectiles ont été lancés en direction des agents. Huit véhicules de police ont été endommagés, dont un qui a été renversé.

« Ça devenait dangereux pour les citoyens et les agents, donc on est intervenu rapidement pour disperser les gens », explique l’inspecteur.

C’est ce qui a permis au corps policier de ramener le calme au centre-ville, estime M. Shane en précisant que les débordements n’ont pas duré. 

Au total, le SPVM a remis 60 constats d’infraction et procédé à 15 arrestations pour des voies de fait, agressions armées sur policier et entraves au travail policier. 

« La très grande majorité des citoyens ont festoyé dans le calme et se sont bien comportés », souligne-t-il.

Le pire scénario a ainsi été évité. Vers 2 h du matin, le centre-ville avait retrouvé sa tranquillité. 

Les feux d’artifice maison étaient nombreux après le match.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Les feux d’artifice maison étaient nombreux après le match.

Les commerçants épargnés 

Les vestiges de la fête étaient disparus hier matin autour du Centre Bell, outre des morceaux de vitre qui traînaient encore sur les trottoirs. Les vitrines des commerçants des rues avoisinantes étaient intactes.  

« Aucun de nos commerçants du centre-ville n’a été pris à partie par les débordements. On est très fier de cela », note l’inspecteur Shane.

Santana Enriqe, superviseur chez Sports Crescent, sur la rue Sainte-Catherine, avait quand même pris quelques précautions.  

« Quand j’ai fermé à 20 h [jeudi], j’ai éteint les lumières et retiré les chandails d’en avant du magasin », explique-t-il. 

Il ne prendra pas de risque pour les prochains gros matchs du Canadien. Il compte mettre du papier journal et une pancarte « À louer » sur la devanture du magasin pour dissuader les casseurs de venir s’en prendre à son commerce.

Le SPVM est aussi déjà à l’œuvre pour planifier ses interventions lors des matchs à venir. 

« On prévoit tous les scénarios inimaginables. Des officiers planifient les effectifs, la façon dont les opérations vont se réaliser. Ils mettent à profit les bons coups et les leçons apprises », explique David Shane, qui ne demande qu’à voir les Canadiens gagner la coupe Stanley, dans une ambiance festive, mais sans grabuge. 

– Avec Guillaume Cyr, Agence QMI