/news/society
Navigation

La consommation de cannabis en hausse chez les femmes enceintes

Coup d'oeil sur cet article

La consommation de cannabis semble avoir augmenté chez les femmes enceintes au Canada depuis la légalisation de la drogue douce, laisse entrevoir une étude menée en Ontario.

Pour parvenir à cette conclusion, des chercheurs de l’Université McMaster, à Hamilton, ont sondé 478 femmes enceintes qui fréquentaient des cliniques médicales ou obstétriques entre mai et octobre 2019, soit un an après la légalisation de la marijuana au Canada, en octobre 2018.

L’étude, pour laquelle l’anonymat des participantes était préservé, a permis de déterminer que 11% d’entre elles avaient consommé du cannabis à un moment ou à un autre pendant leur grossesse, tandis que 4% des répondantes ont même reconnu qu’elles continuaient à en prendre sur une base régulière tout en sachant pertinemment qu’elles étaient enceintes.

Les femmes dont le conjoint consomme du cannabis et celles qui avaient une plus faible scolarité étaient plus susceptibles de consommer de la marijuana tout en étant enceintes.

Les chiffres semblent avoir rapidement augmenté, ont noté les chercheurs en pointant qu’une précédente étude réalisée en Ontario en 2017 avait mis en évidence que 1,8% des femmes enceintes consommaient du cannabis pendant leur grossesse.

Ces données sont d’autant plus troublantes qu’à l’image de l’alcool, le cannabis est à proscrire pendant une grossesse. Autrement, la drogue peut affecter le cerveau d’un enfant, ce qui pourrait nuire à son développement tout au long de la vie en générant des problèmes de mémoire, d’impulsivité, de concentration, d’hyperactivité ou encore de dépression.

«Ces conséquences peuvent causer des problèmes de santé à un enfant qui grandit. Ce n’est pas parce que le cannabis est une plante naturelle qu’il est sécuritaire d’en consommer pendant la grossesse», avertit notamment Santé Canada sur son site internet.

L’étude de l’Université McMaster est parue la semaine dernière sur le site internet du Canadian Medical Association Journal.