/sports/others
Navigation

Gabor Szauder de retour à son poste

Coup d'oeil sur cet article

L’entraîneur-chef de Natation Artistique Canada (NAC) Gabor Szauder a été blanchi par le comité disciplinaire chargé d’étudier les allégations d’abus, de négligence et de harcèlement portées à son droit et n’écopera d’aucune sanction.

La décision publiée lundi par la CBC est effective depuis lundi dernier. Embauché en janvier 2019 et à l’écart depuis mars dernier en raison d’un congé personnel le temps de faire la lumière sur les allégations, Szauder est de retour à son poste d’entraîneur-chef depuis le 21 juin.

Déclinant notre demande d’entrevue, NAC nous a fait parvenir une déclaration par courriel. « Relativement à la plainte de certaines athlètes du programme de l’équipe nationale impliquant l’entraîneur-chef Gabor Szauder, le comité de discipline externe a récemment rendu une décision. 

« Après six jours d’auditions, au cours desquels 14 témoins, dont un témoin expert, ont été entendus, le comité de discipline, composé de trois arbitres, a rejeté chacune des allégations formulées à l’égard de M. Szauder et n’a émis aucune sanction. À la suite de la décision du comité de discipline, M. Szauder a été réintégré dans l’équipe et, depuis lundi dernier, est de retour dans son rôle d’entraîneur-chef. La décision fait maintenant l’objet d’un appel. Natation Artistique Canada ne fera aucun autre commentaire pendant que le processus d’appel est en cours. »

Au-delà de cette réponse, NAC a refusé de répondre à nos questions, se limitant à dire « que c’est le maximum qu’on peut dire aujourd’hui [lundi] et qu’un communiqué, prévu mercredi, donnera plus de détails ». 

NAC a refusé de confirmer si Szauder avait rejoint l’équipe en Europe en prévision de sa préparation finale pour les Jeux olympiques de Tokyo.

Enquête

À la suite de plaintes de nageuses de l’édition actuelle, une enquête de sport sécuritaire avait été déclenchée en octobre dernier, ce qui avait mené à la suspension des activités du Centre national et de l’entraîneur-chef. En janvier, les nageuses ont repris le collier tout comme Szauder, qui a dirigé auparavant les équipes nationales de la Hongrie et de la Slovaquie.

Au moment de son départ le 23 mars dernier pour un congé personnel, l’entraîneur-chef avait nié les allégations le visant dans la demande de recours collectif déposée le 9 mars et affirmé qu’il n’avait rien à se reprocher. 

« La sécurité, la santé, le bien-être et les performances de mes athlètes ont toujours été des priorités pour moi », avait-il déclaré dans un communiqué de NAC.

Szauder et NAC avaient jugé que la situation était devenue trop difficile à gérer pour lui et pour l’équipe. Il disait se retirer en attente des résultats de l’audience du comité disciplinaire.