/news/society
Navigation

La folie des séries au bout du monde

Le décalage horaire n’empêche pas les partisans du Canadien à l’étranger de suivre la finale

Coup d'oeil sur cet article

La fièvre de la finale de la Coupe Stanley enivre les québécois à l’étranger qui suivent assidument les matchs des Canadiens, café à la main au réveil, à des milliers de kilomètres de chez eux.

• À lire aussi: À la guerre comme Gallagher

« C’est un peu surréel de suivre ça d’aussi loin ! Mais finalement la seule chose qui a changé, c’est que je bois mon café au lieu de boire une bière en regardant la game », raconte en riant Claudia Campbell, une Montréalaise installée à Brisbane, en Australie, depuis trois ans.

Claudia Campbell, une Montréalaise fan du CH qui vit à Brisbane en Australie, a converti son mari australien, Dane, et son beau-fils, Cooper, et ne manque jamais une partie des séries, malgré les 12h de décalage horaire.
Photo courtoisie
Claudia Campbell, une Montréalaise fan du CH qui vit à Brisbane en Australie, a converti son mari australien, Dane, et son beau-fils, Cooper, et ne manque jamais une partie des séries, malgré les 12h de décalage horaire.

Pour elle, comme pour plusieurs Québécois contactés par Le Journal, il est impossible de rater les séries, même si certains ont 12 h de décalage horaire.

« Je me souviens de la victoire en 1993, j’avais 8 ans. Même si je suis en Australie, je ne veux pas manquer la victoire », explique celle qui a tout de même un pincement au cœur de ne pas vivre ce moment « historique » dans sa ville natale.

« Si j’avais pu, je serais rentré à Montréal juste pour fêter ça à la maison », assure Ken Horth, qui vit lui aussi en Australie.

<b>Heure du début du match : 10 h du matin</b><br />Ken Horth réside à Bateau Bay, ville côtière en Australie.
Photo courtoisie
Heure du début du match : 10 h du matin
Ken Horth réside à Bateau Bay, ville côtière en Australie.

De son côté, Mathieu Tremblay, un Saguenéen qui demeure à Siem Reap, au Cambodge, se lève à 7 h du matin pour regarder le bleu-blanc-rouge affronter le Lightning de Tampa Bay.

« Ça fait 20 ans que je vis à l’étranger et je n’ai jamais arrêté de les regarder. Même quand ils sont en saison régulière, je ne loupe pas une partie », affirme l’homme de 41 ans.

<b>Heure du début du match : 7 h du matin</b><br />Mathieu Tremblay est à Siem Reap, au Cambodge, en Asie.
Photo courtoisie
Heure du début du match : 7 h du matin
Mathieu Tremblay est à Siem Reap, au Cambodge, en Asie.

Se rapprocher du Québec

Et la folie des séries permet surtout à ces expatriés de partager ce rare exploit avec leurs proches malgré la distance.

Pour Marie-Claude Pilon, une Gatinoise qui réside à Geelong, en Australie, même au bureau, on se branche sur le Canadien et on partage ça en famille.

Marie-Claude Pilon
Photo courtoisie
Marie-Claude Pilon

« Pendant les matchs, je parle avec ma mère et ma sœur, alors pendant deux heures, c’est comme si j’étais avec elles », explique celle qui n’est pas rentrée au Québec depuis deux ans à cause de la pandémie.

Frénésie des séries

En France, Manon Chénier Chartrand, c’est l’effervescence des séries qui l’a décidée à commencer à suivre les matchs, même si pour elle ça veut dire de se lever en pleine nuit à 2 h du matin.

<b>Heure du début du match : 2 h du matin</b><br />Manon Chénier Chartrand, fière de son unifolié, à Vannes, en France.
Photo courtoisie
Heure du début du match : 2 h du matin
Manon Chénier Chartrand, fière de son unifolié, à Vannes, en France.

« Je ne suis pas une fan de hockey, mais en ce moment c’est vraiment important ! Et puis avec la pandémie et toute l’année que l’on a vécue, c’est le fun de se retrouver autour du hockey », lance celle qui aurait aimé être au Québec entourée des siens pour l’occasion.

À Zoungbo-Tossota, un village éloigné du Bénin, Maxime Fortin, originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, suit tant bien que mal le pointage des matchs.

« Ici personne ne regarde le hockey, donc ça ne passe pas à la télé. Internet n’est pas vraiment bon, donc je ne peux pas regarder les vidéos. J’actualise les scores comme je peux et ma famille m’envoie de temps en temps des messages quand il y a un but », explique en riant celui qui est parti construire un hôpital dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

<b>Heure du début du match : 1 h du matin</b><br />Maxime Fortin suit les résultats depuis Zoungbo-Tossota, au Bénin.
Photo courtoisie
Heure du début du match : 1 h du matin
Maxime Fortin suit les résultats depuis Zoungbo-Tossota, au Bénin.

Même en VR

Jean-Philippe Morin, 28 ans, et sa partenaire Anne-Sophie Dupont, 27 ans, qui traversent les Amériques en véhicule récréatif, ont réussi à se connecter au wi-fi d’un restaurant au Panama pour suivre le match de lundi.

Jean-Philippe Morin et Anne-Sophie Dupont
Photo courtoisie
Jean-Philippe Morin et Anne-Sophie Dupont

« De notre vivant, on n’a jamais vu encore le CH gagner la Coupe, alors c’est sûr que même si on est en voyage, on veut voir ça. Sur la route, on n’a pas pu regarder tous les matchs, mais là dès qu’on peut, on suit ça ! » soutient celui qui se promène depuis le mois de décembre. 

À VOIR AUSSI...