/opinion/columnists
Navigation

Le 3e lien, plus que jamais une vraie farce

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités ont fait la démonstration, en prévision des travaux sur le pont Pierre-Laporte, qu’il est possible d’éviter la congestion monstre lors de situations exceptionnelles en assurant une très bonne communication.

• À lire aussi: Le tunnel de la peur

C’est Geneviève Guilbault qui devait être déçue ce matin en regardant les nouvelles. Dire que la ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, et de la Sécurité publique, croyait que les travaux comme ceux qui doivent se dérouler sur ce pont pendant 20 jours, cet été, démontreraient « hors de tout doute la nécessité d’avoir un troisième lien »...

On est bien loin du compte, et l’on repassera pour les campagnes de peur.

Un ami disait d’ailleurs hier, à la blague, que non seulement on n’a pas fait la preuve de la nécessité d’un troisième lien pour des situations d’exception, mais qu’on a même démontré qu’il y avait moins de congestion avec un seul...

Mieux vaut en rire. Mais farce à part, les Villes de Québec et Lévis, les services d’urgence et au cours des derniers jours le ministère des Transports ont été en mesure d’éviter le pire en communiquant bien la situation à la population.

N’eussent été ces efforts de communication, qui ont amené tant les individus que les entreprises à prendre des mesures pour éviter le plus de déplacements possible entre les rives, on s’attendait à une congestion jusqu’à quatre fois plus importante qu’à l’habitude à l’approche des ponts.

Vraie farce

Le contraire s’est plutôt avéré, et tout le monde a pu s’organiser. Il faudra maintenant répéter pour les 19 jours de travaux restants, et prendre des notes pour accomplir le même exercice dans 10, 15 ou 20 ans, soit lorsque l’asphalte sera à refaire sur le pont.

Il ne sera pas nécessaire pour autant de déplier 10 milliards de dollars pour construire un tunnel qui, à la lumière des informations dévoilées dans l’excellent reportage de mon collègue Jean-Luc Lavallée hier, pourrait bien coûter davantage.

À force de voir trop grand, avec le tunnel le plus large, le plus long et le plus profond, le gouvernement caquiste est en train de faire du troisième lien une vraie farce. Je suis de l’avis de la députée Catherine Dorion, quand elle dit qu’on est rendu dans le registre d’Elvis Gratton. « Think big, sti! »