/sports/opinion/columnists
Navigation

10 millions $ bien investis

Carey Price et Andrei Vasilevskiy ont démontré pourquoi ils sont deux des trois gardiens les mieux payés dans la LNH.
Photos AFP Carey Price et Andrei Vasilevskiy ont démontré pourquoi ils sont deux des trois gardiens les mieux payés dans la LNH.

Coup d'oeil sur cet article

Les séries de la Coupe Stanley 2021 ont clairement démontré une chose. Ça vaut la peine de payer le gros prix pour un gardien de premier plan et les directeurs généraux à travers la LNH devraient en prendre note. 

• À lire aussi: Les cinq Clés pour le CH

• À lire aussi: Un premier trophée Vézina pour Marc-André Fleury

Qu’est-ce qu’on entend depuis quelques jours ? La finale de la Coupe Stanley oppose les deux meilleurs gardiens au monde et c’est difficile de dire le contraire. Carey Price n’a pas été le gardien le plus constant depuis deux ou trois ans, mais il est de retour au sommet de sa forme et, sans lui, le Canadien serait en vacances depuis belle lurette. 

Quant à Andrei Vasilevskiy, il fait preuve d’une constance étonnante depuis ses débuts et il se dirige vers une carrière à la Martin Brodeur. On a beau dire qu’il joue derrière une grosse machine, il a encore conclu une série avec un jeu blanc contre les Islanders de New York et par le pointage de 1 à 0 dans le septième match en plus. 

Croyez-moi, plusieurs gardiens d’expérience auraient flanché dans une pareille situation et au lieu de gagner 1 à 0, ils auraient peut-être perdu 2 à 1. 

Price à 10,5 millions $ par année et Vasilevskiy à 9,5 millions $ valent leur pesant d’or. 

Évidemment, il n’y a pas une dizaine de portiers qui valent ce montant à travers la ligue, mais si tu veux gagner la coupe, ce genre de gardien procure un avantage certain, non seulement en raison de l’efficacité, mais aussi de la confiance qu’il donne à ses coéquipiers. Il s’agit de bien identifier la perle rare. 

Voilà une bonne leçon pour les directeurs généraux. Économiser devant le filet n’est peut-être pas la meilleure idée si on veut gagner la coupe Stanley. 

Une leçon pour les entraîneurs 

Les séries 2021 devraient également servir de leçon aux entraîneurs qui ont la fâcheuse tendance de changer leurs gardiens de but. Vous devinez que j’ai Peter DeBoer en tête. 

On dit dans le sport qu’on est aussi bon que son dernier match et en ce sens, Marc-André Fleury a terminé sa saison sur une mauvaise note et c’est ce qu’on va se rappeler. Dommage, car il a connu une saison extraordinaire et j’espère qu’on a annoncé hier soir qu’il a gagné le trophée Vézina. 

Je parle souvent avec des gardiens, actifs ou retraités et on pense tous de la même façon, mais c’est frappant comme certains entraîneurs n’ont aucune notion de psychologie à ce chapitre.  

Changer de gardien après une victoire en séries est une mauvaise idée et les Golden Knights de Vegas ont subi deux défaites dans cette situation. Cela ajoute une pression additionnelle. 

Robin Lehner a subi cette pression lors de la première partie de la confrontation contre l’Avalanche du Colorado après une victoire dans un septième match de Fleury contre le Wild du Minnesota, et le Québécois l’a vécue à son tour dans le sixième duel après une victoire de Lehner en prolongation (2 à 1) contre le Canadien. C’est insensé. 

Trop d’entraîneurs n’ont aucune idée de ce que ressentent leurs gardiens et ils compliquent leur travail plutôt que les aider. Les joueurs n’aiment pas du tout ce genre de décision, même s’ils ont confiance en leurs deux hommes masqués. Les entraîneurs doivent s’éduquer davantage sur le poste le plus important au hockey. 

C’est beaucoup plus simple à Montréal et à Tampa. On ne se casse pas la tête. On gagne ou on meurt avec le numéro un. 

Intimidant 

Malgré le pointage de 5 à 1, il ne faut pas partir en peur. Jouer un premier match en carrière dans une finale de la Coupe Stanley est intimidant, autant pour des jeunes comme Cole Caufield, Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi que pour des vétérans comme Price ou Shea Weber qui en sont possiblement à leur seule chance de gagner le précieux trophée.  

Le Canadien se doit absolument de gagner la deuxième rencontre sinon la montagne sera très abrupte.  

-Propos recueillis par Gilles Moffet 

Entrefilets  

L’avenir des Golden Knights

Depuis leur arrivée dans la LNH, les Golden Knights de Vegas forment l’une des meilleures équipes du circuit Bettman, mais je me demande s’ils réussiront à gagner la coupe Stanley dans un avenir rapproché. Ils me font penser aux Sharks de San Jose, une équipe dangereuse année après année, mais qui n’a pas réussi à soulever le gros trophée. Les Knights seront encore redoutables la saison prochaine, mais je crois que l’avenir est plus prometteur chez l’Avalanche du Colorado en raison de leurs jeunes joueurs.  

Comme en 1996 

On a beaucoup parlé du Canadien de 1993 et je ne veux pas être rabat-joie, mais la série finale actuelle me rappelle celle de 1996 entre le Colorado et la Floride avec le Lightning dans le rôle de l’Avalanche et le Canadien dans celui des Panthers. Trois des quatre matchs avaient été chaudement disputés, dont le quatrième, qui s’était terminé 1 à 0 en troisième période de prolongation en faveur de l’Avalanche. Le gardien des Panthers, John Vanbiesbrouck, avait connu des séries extraordinaires, mais au bout du compte, la meilleure équipe avait gagné. Le CH va vendre chèrement sa peau, mais ce ne sera pas suffisant, j’en ai bien peur. Le Lightning a tout ce qu’il faut pour gagner : le talent, l’expérience, la profondeur, l’intensité et un bon gardien. 

La foule montréalaise 

Pour ramener la coupe Stanley à Montréal, tout devra être parfait dans le camp du Canadien et je trouve ça tellement dommage que le Centre Bell ne puisse être rempli au maximum de sa capacité. Je ne dis pas ça pour critiquer la Santé publique, car je ne suis pas un expert dans ce domaine, mais la foule est une arme qui pourrait vraiment aider le Canadien. La ligue est tellement compétitive que ça pourrait prendre encore 30 ans avant que le Canadien ne retourne en finale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.