/world/pacificasia
Navigation

Afghanistan: l'Italie a rapatrié ses derniers soldats

Afghanistan: l'Italie a rapatrié ses derniers soldats
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Rome | L'Italie, l'une des puissances occidentales les plus engagées en Afghanistan, a annoncé mercredi avoir rapatrié ses derniers soldats dans le cadre du retrait accéléré des contingents de l'Otan. 

«Dans la soirée d'hier (mardi) s'est officiellement conclue la mission italienne en Afghanistan», a indiqué le ministre de la Défense, Lorenzo Guerini, dans un communiqué.

«Pour autant l'engagement de la communauté internationale, à commencer par l'Italie, pour l'Afghanistan ne s'arrête pas ici. Il continuera sous d'autres formes, du renforcement de la coopération au développement et au soutien aux institutions républicaines afghanes», a-t-il ajouté.

Le dernier contingent italien, constitué de quelques dizaines de militaires, a quitté Hérat (ouest de l'Afghanistan) et est arrivé à l'aéroport de Pise (ouest de l'Italie).

Selon le ministère, 723 soldats italiens ont été blessés et 53 ont perdu la vie, sur un total de 50 000 militaires déployés ces vingt dernières années en Afghanistan.

L'Italie était avec les États-Unis, la Turquie, le Royaume-Uni et l'Allemagne, l'un des cinq pays les plus engagés au sein de la mission «Resolute Support».

Ces pays ont déployé 6.000 des 9.592 militaires engagés par 36 pays membres de l'Otan et partenaires de l'alliance dans l'opération. 

L'Allemagne a également annoncé mardi que toutes ses troupes avaient quitté le pays.

«Resolute Support» était une mission de formation des forces afghanes afin de leur permettre d'assurer la sécurité de leur pays après le départ des forces étrangères.

Après 20 ans de présence, l'Otan avait annoncé le 29 avril le début du retrait de ses troupes qui ouvre une période d'immense incertitude pour l'Afghanistan, toujours en proie aux violences.

D'autres contingents moins importants, comme ceux de l'Espagne, l'Estonie, du Danemark, ont déjà quitté le pays.

Le président des États-Unis Joe Biden a fixé comme date butoir au retrait américain le 11 septembre, date du 20e anniversaire des attentats ayant conduit Washington à renverser le régime des talibans qui abritait les djihadistes d'Al-Qaïda.

Le retrait a été jusqu'ici mené tambour battant, alimentant les spéculations sur son achèvement dès juillet.

Interrogée mardi par l'AFP, l'Otan a indiqué que "le retrait de (ses) forces se déroule de manière ordonnée et coordonnée", sans plus de précision sur le calendrier.

L'Italie a par ailleurs commencé à accueillir sur son territoire des collaborateurs civils afghans des forces italiennes. Le 14 juin, 82 personnes, majoritairement des interprètes et leurs familles, sont arrivées à l'aéroport Fiumicino de Rome. L'armée italienne a déjà identifié 270 Afghans éligibles et étudie le dossier de 400 autres.