/news/politics
Navigation

Gatineau: réouverture partielle de l’urgence sur fond de tensions patronales-syndicales

La présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, Josée Filion.
Photo Jadrino Huot La présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, Josée Filion.

Coup d'oeil sur cet article

L’urgence de l’Hôpital de Gatineau a repris ses activités partiellement mercredi en fin d’après-midi, mais sa fermeture complète des cinq derniers jours a déclenché une virulente guerre ouverte entre les parties patronales et syndicales.

• À lire aussi: Voici les 25 pires urgences du Québec

Le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO) a demandé mercredi au ministre Christian Dubé la mise sous tutelle du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) – qui chapeaute l’hôpital - et la démission de sa présidente-directrice générale, Josée Filion.

Le SPSO en est venu à cette conclusion à la suite d’une rencontre avec les représentants du CISSSO mardi après-midi lors de laquelle un nouveau plan d’action a été déposé. Or, selon ce syndicat, le plan proposé compromet l’offre de services et de soins à la population de façon sécuritaire.

«[Le plan] ne contient aucune mesure de redressement pour contrer la grave pénurie de main-d’œuvre dans la région, témoignant d’une absence de vision et d’une incompréhension totale de la situation sur le terrain. La pression exercée sur les professionnelles en soins est devenue insoutenable», a-t-il indiqué par voie de communiqué.

Le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais exige des changements immédiats de la part du ministre Dubé, pour rétablir un climat de travail plus stable et la collaboration entre les parties devant la situation de crise qui persiste au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais.

Dans une lettre envoyée au ministre, le syndicat souligne la rupture du lien de confiance entre la PDG et ses membres qui ne se sentent «nullement appuyées et respectées» par la direction générale.

Réaction du CISSSO

«Le problème n’en est pas un de gestion, mais de disponibilité de main-d’œuvre. Je trouve très dommage que le SPSO véhicule sur ce ton de mauvaises perceptions. Il y a une limite à ce que l’on peut tolérer dans les relations patronales-syndicales. Si le syndicat refuse de collaborer, il prend la population en otage», a répliqué Josée Filion en conférence de presse, alléguant que ce syndicat était de mauvaise foi et qu’il devait arrêter de lui mettre des bâtons dans les roues.

L’urgence de l’Hôpital de Gatineau a repris ses activités de façon partielle mercredi à 16 h après cinq jours de fermeture complète, en ouvrant ses portes aux femmes enceintes, aux jeunes de moins de 18 ans, ainsi qu’aux personnes souffrant de problèmes pressants de santé mentale, ont annoncé les dirigeants du CISSSO durant leur conférence de presse.

Les horaires ont été revus et des infirmières d’autres secteurs ont accepté de venir prêter main-forte, mais le nombre demeure insuffisant pour répondre à toutes les clientèles. Ce transfert de travailleuses diminuera toutefois pour l’instant les services en endoscopie, en orthopédie et aux cliniques externes.

Pour tout autre besoin de consultation urgente, la population de Gatineau et des environs est invitée à se présenter à l’hôpital de Hull ou à celui de Papineau dans le secteur Buckingham.