/opinion/columnists
Navigation

Une première photographie

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume aurait été réélu sans ambages d’après les plus récents sondages, mais son départ ouvre la porte à de multiples scénarios. C’est précisément ce qu’illustre cette première et unique photographie, sur la ligne de départ de la campagne électorale municipale.

Les résultats de ce sondage Léger-Le Journal de Québec démontrent bien que les jeux sont loin d’être faits, pour l’élection du 7 novembre. Il peut en effet se produire bien des revirements, dans cette course à trois qui se dessine, et où se profilent les intentions de vote les plus divisées depuis longtemps. 

Marie-Josée Savard, dauphine de Régis Labeaume, parvient à se faufiler au premier rang. Forte de l’appui d’un maire qui récolte toujours, après 13 ans, un taux de satisfaction impressionnant de la part des électeurs, Mme Savard devra néanmoins se battre. Dans l’ombre de M. Labeaume, qui ne semble pas pressé de s’effacer, elle devra s’en défaire afin de s’imposer et convaincre plus de gens encore.

Gosselin talonné par Marchand

J’aurais tendance à croire que Jean-François Gosselin a fait le plein d’appuis et ne peut que se faire dépasser au fil d’arrivée. En place depuis quatre ans comme chef de l’opposition, il ne parvient toujours pas, selon les résultats du sondage, à se positionner comme un maire potentiel dans la tête d’un nombre suffisant d’électeurs. 

Il est peu probable que son projet de métro léger, présenté beaucoup trop tard et dont les coûts apparaissent surréalistes, marque une grande différence. 

Le chef de Québec 21 se fait d’ailleurs talonner ou même rattraper sur la plupart des enjeux par un nouveau venu, Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière. Lorsqu’on demande aux répondants en qui ils ont le plus confiance sur une kyrielle de dossiers, M. Gosselin ne se distance de lui que pour l’amélioration du réseau routier.

À la lumière de ce coup de sonde, M. Marchand, ex-patron de Centraide dans la région, doit donc se faire connaître davantage, lui qui gagne à être connu. Posé, humble, il ressort comme un gars d’équipe qui aime profondément la Ville de Québec. 

Un mot en terminant sur le fait qu’il est rassurant de constater qu’une majorité de gens s’intéressent à la campagne électorale. Cela témoigne d’une démocratie en relative bonne santé.