/investigations/politics
Navigation

Le maire de Saint-Lambert poursuivi pour 500 000$

Un conseiller municipal l’accuse d’avoir sali sa réputation

Pierre Brodeur
Photo courtoisie Le maire de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, est poursuivi par l’un des conseillers municipaux de la Ville avec qui il est à couteaux tirés.

Coup d'oeil sur cet article

La bisbille au sein du conseil municipal de Saint-Lambert se transporte devant les tribunaux. Un conseiller municipal poursuit le maire Pierre Brodeur pour un demi-million de dollars, alléguant que ce dernier aurait intentionnellement sali sa réputation. 

• À lire aussi: 20 000$ pour un DG de ville harcelé

Le maire Brodeur est poursuivi conjointement avec la Ville de Saint-Lambert et son ex-directeur général Georges Pichet par le conseiller Bernard Rodrigue. 

Ce dernier reproche aux deux hommes des « manœuvres intentionnelles, mais illégales », qui auraient eu pour effet de ternir sa réputation. 

Il prétend que le maire Brodeur et l’ancien directeur général, qui a pris sa retraite cette semaine, auraient fait « alliance » contre lui, après qu’il eut soulevé à plusieurs reprises la question de la « mauvaise gestion » de M. Pichet.

Enquêté par le maire

Selon ce qu’allègue la poursuite, M. Pichet gérait « très mal les dépenses publiques et est directement responsable d’une administration déficiente ». 

On cite à titre d’exemple les dépassements de coûts de différents projets municipaux, comme la construction de la bibliothèque municipale.

Suite à ces critiques, M. Rodrigue aurait été la cible d’enquêtes et a fait l’objet d’une plainte pour harcèlement. Il aurait aussi été exclu des séances privées du conseil municipal. 

Toujours selon la poursuite, le maire Brodeur aurait lui-même pris des photos d’une résidence que M. Rodrigue avait eu le mandat de vendre, en 2019, pour tenter de prouver que le conseiller était en conflit d’intérêts.  

En février, à l’occasion d’une séance extraordinaire, une résolution a été adoptée sur la fin d’emploi du DG, prévoyant une compensation financière de 20 000 $ pour les « dommages moraux » que M. Pichet disait avoir subis de la part d’un conseiller municipal. 

 De ce fait, le Conseil fait supporter à Rodrigue l’odieux et la responsabilité de cette dépense de 20 000 $, sans qu’un Tribunal impartial [...] n’ait été appelé à se prononcer sur le bien-fondé de la plainte de Pichet », peut-on lire dans la poursuite.


Par ailleurs, le maire Brodeur a dû rembourser récemment une somme de 192 $ après que le Commissaire à l’intégrité municipale et aux enquêtes eut déterminé qu’il avait perçu des remboursements en trop pour du kilométrage. Il s’agirait d’une mauvaise compréhension de la loi de la part du maire.