/misc
Navigation

Spectateurs au Centre Bell: la Santé publique fait fausse route

Spectateurs au Centre Bell: la Santé publique fait fausse route
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce vraiment discriminatoire d’exiger une ou deux doses de vaccin pour remplir le Centre Bell avec 10 500 spectateurs, comme requis par le Canadien? Est-ce vraiment de la discrimination à l'égard d’autres événements que d’accorder une permission spéciale au Canadien?

• À lire aussi: Le CH assure qu’il y avait 3500 personnes hier

Je comprends bien que ce n’est pas tout le monde qui a eu accès à la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19, mais je ne crois vraiment pas qu’on puisse parler de discrimination ici. Quant à ça, on pourrait dire que c’est l’accès aux billets des séries éliminatoires ou le prix des billets en revente qui est discriminatoire!

Il ne faut pas tomber dans l’excès, car imposer des conditions pour accéder à un lieu n’est pas toujours un cas de discrimination. On parle ici d’un certain luxe, soit celui d’assister à un événement particulier. Il n’est pas question d’exiger deux doses pour accéder à un service essentiel ou encore de limiter l’accès à un lieu pour un groupe de minorité identifiable.

Dans le cas présent, je ne crois pas que nous ayons affaire à de la discrimination sociale, qui est un processus lié au fait d'opérer une distinction concernant une personne ou une catégorie sociale en créant des frontières dites «discriminantes». Plus précisément, en produisant un rejet visant à l'exclusion sociale sur des critères comme la condition sociale, la race, la couleur, le sexe, l’identité, la religion, le genre, la langue, l'état de santé, etc. Et même dans le cas où on en viendrait à la conclusion qu’il s’agirait d’une forme de discrimination basée sur l’état de santé d’une personne, cette discrimination serait justifiée dans une société libre et démocratique.

Pour moi, ce qui est encore plus aberrant dans la décision de la Santé publique, c’est qu’on empêche le Centre Bell d’accueillir 10 500 personnes avec l’imposition de mesures sanitaires strictes, dont l’obligation du port du masque et l’obligation de la distanciation sociale (le Centre Bell peut contenir le double de spectateurs), et ce, alors qu’on peut apercevoir des milliers de personnes rassemblées à l’extérieur du Centre Bell qui ne respectent aucune mesure sanitaire. Où est la logique?

Le Canadien a plus que jamais besoin de son septième joueur, la foule, pour accomplir un miracle, soit revenir fort dans la série après trois défaites consécutives et gagner la finale de la Coupe Stanley.

À mon avis, la Santé publique doit arrêter de se cacher derrière le concept de la discrimination en l’utilisant à toutes les sauces, elle doit plutôt appliquer la logique et la loi en permettant à plus de spectateurs d’entrer dans le Centre Bell, et ce, de façon sécuritaire.

La logique et le juridique pourraient permettre au Canadien d’avoir le soutien de ses partisans dès lundi pour un match plus que crucial.

Il faut savoir que la Santé publique a le pouvoir, selon la Loi sur la santé publique, de prendre des décisions en fonction de demandes spéciales, en prenant en considération tous les risques liés à de telles permissions. À mon humble avis, il ne s'agit pas d'un cas de discrimination à l'égard d'autres événements, puisqu’il faut évaluer chaque situation différemment, selon les circonstances.