/sports/hockey/canadiens
Navigation

Fan du CH depuis trop d’années pour les compter

Séries ou pas, la centenaire ne manque pas une joute de son club favori

CH
Photo courtoisie Marie Paule Dionne, 100 ans, est l’une des plus vieilles fans du Canadien. Elle ne fait pas son âge quand elle s’assoit devant son écran pour encourager son équipe préférée. Elle adore son gilet de la Sainte-Flanelle, que lui a offert sa résidence.

Coup d'oeil sur cet article

Les yeux pétillants, le gilet aux couleurs du tricolore, l’énergie dans le tapis : une des plus vieilles fans du Canadien de Montréal ne fait pas ses 100 ans quand elle s’assoit devant l’écran pour encourager son équipe préférée. 

• À lire aussi: Partisanerie, alcool et pandémie: un mélange explosif

« J’écoute tous les matchs, et jusqu’à la fin ! Parfois, je me couche même à minuit. Tant qu’à écouter le hockey, il faut l’écouter jusqu’au bout », raconte fièrement Marie Paule Dionne, qui écoute religieusement le hockey de sa résidence pour aînés, à Rivière-du-Loup. 

Les yeux rivés à l’écran, la centenaire ne manque pas de fougue malgré son âge vénérable, elle qui peut se vanter de ne manquer aucun match du Canadien de Montréal, et ce, depuis beaucoup trop d’années pour les compter. 

« Mon préféré, c’est Carey Price, dit-elle d’emblée, avant d’éclater de rire. Et avant ça, Jacques Plante. J’aime beaucoup les gardiens de but. [L’ancien entraîneur] Pat Burns avait de belles cravates, aussi ! » 

La fan n’écoute pas juste les matchs des séries, mais bien « tous les matchs », précise l’une de ses deux filles, Lise Courcy. 

« Elle les écoute de A à Z. Parfois, entre deux périodes, elle va s’étendre un peu, mais elle se relève et regarde le match jusqu’à la fin. Même si ça finit tard, il n’y a pas de problème : elle est là ! », explique la septuagénaire en riant. 

Avec son mari 

Six fois grand-maman et neuf fois arrière-grand-maman, c’est avec son mari et parfois sa belle-mère que la centenaire écoutait les joutes de hockey à l’époque, même s’ils n’encourageaient pas la même équipe.

« Moi, je prenais pour le Canadien, mon mari était Nordiques. On ne se chicanait pas, mais je te dis que je grognais quand les Nordiques comptaient un but, se rappelle-t-elle, en éclatant de rire à nouveau. C’est plus le fun quand c’est le contraire. »

« Mon père m’a déjà dit que c’était juste pour la faire choquer et la contrarier. J’ai l’impression qu’il voulait prendre pour le Canadien. Il était ratoureux, comme on dit ! » ajoute sa fille. 

Passionnée de hockey

Même si son mari est décédé il y a plus de 20 ans, la fan n’a pas perdu sa passion, elle qui écoute maintenant les matchs pour les deux. 

« Elle est pétillante, elle a des étoiles dans les yeux. Quand elle en parle, c’est la même chose. À son âge, c’est une belle passion. C’est désennuyant. Elle est en forme et ça va bien, surtout que le Canadien est en finale cette année », se réjouit Lise.

Si l’équipe remporte la coupe cette année, elle portera son gilet bleu-blanc-rouge — cadeau de sa résidence — pour aller dîner dans la salle à manger. 

« Dans le temps, je disais : “En tout cas, si c’était moi sur la glace, ça rentrerait !” », raconte-t-elle, bonne joueuse, en espérant que ça motivera l’équipe à ne pas lâcher.