/news/coronavirus
Navigation

Mesures sanitaires: des disparités qui font jaser

L’aventure du CH en séries expose l’écart entre les mesures américaines et ici

SPO
Photo Agence QMI, Thierry Laforce Les images des rassemblements devant le Centre Bell, comme sur cette photo, le 28 juin, et des amphithéâtres remplis à Las Vegas et Tampa Bay ont mené plusieurs personnes à remettre en question la stratégie québécoise

Coup d'oeil sur cet article

Le parcours du Canadien en séries a exposé les Québécois à une panoplie d’images démontrant l’écart monstre entre les mesures sanitaires chez nous et celles aux États-Unis. Est-il temps de jeter du lest ? Peut-être pas autant que nos voisins du Sud, mais probablement un peu pour les gens pleinement vaccinés, croient des experts. 

• À lire aussi: Le CH assure qu’il y avait 3500 personnes hier

• À lire aussi: Spectateurs au Centre Bell: la Santé publique fait fausse route


Qui a raison dans sa gestion des mesures sanitaires ?

« La situation actuelle au Québec me dit qu’on a pris la bonne décision », estime l’intensiviste de l’IUCPQ Mathieu Simon, qui rappelle que les pays ayant déconfiné plus rapidement ont vu le nombre de leurs cas remonter.

Et à l’inverse, la situation des États-Unis, de la Floride par exemple, n’a rien à envier, ajoute la chercheuse en santé des populations, Maude Laberge. Dans les dernières semaines, le taux de nouveaux cas par 100 000 dans le comté de Hillsborough, où se trouve Tampa, tournait autour de 63 cas, alors qu’il était d’environ 25 à Montréal. C’est près de trois fois plus élevé. 

« Ce n’est pas parce que notre voisin fait quelque chose qu’il faut aussi le faire, surtout si ce n’est pas une bonne idée. » 


Ces disparités et les rassemblements au Centre Bell peuvent-ils finir par nuire aux mesures de la Santé publique ?

Le tout s’inscrit dans une stratégie de gestion des risques, analysent les experts. La très faible transmission extérieure, jumelée à la population peu à risque lors des rassemblements, représente un risque « acceptable » qui ne le serait pas à l’intérieur.

« C’est comme élever une famille. Si tu es beaucoup trop sévère, tu vas avoir des enfants qui vont se rebeller et faire pas mal pire que juste ne pas faire leur chambre », image le Dr Simon.

En gros, les experts croient que ce n’est pas parce qu’on a accepté que certains prennent un pouce de corde, qu’il faut absolument en donner un pied. 


Avec les joueurs de la LNH dispensés de quarantaine, peut-on envisager une réouverture des frontières sous peu pour la population ?

Mathieu Simon voit les séries de la LNH comme un « mini laboratoire vivant ». « Si ça fonctionne pour eux, on devrait selon moi ouvrir aux gens qui sont doublement vaccinés. Il n’y a plus aucune raison de restreindre pour les gens ayant eu deux doses », croit le médecin.

À l’heure actuelle, les frontières seront fermées jusqu’au 21 juillet.

« C’est là que l’idée d’un passeport vaccinal devrait permettre ce genre de choses », ajoute Maude Laberge, de l’Université Laval, parlant d’un « fort incitatif ». 


Qu’en est-il du variant Delta alors que certains pays voient leur situation se compliquer ?

Même si l’on atteint l’objectif de vacciner pleinement 75 % de la population d’ici la fin de l’été, cela laisse quand même deux millions de personnes vulnérables à un variant plus contagieux, rappellent les spécialistes. 

« On ne peut pas se dire complètement à l’abri », analyse la chercheuse Maude Laberge, faisant remarquer que dans les pays où la propagation du Delta est la plus forte, elle se fait chez les gens pas complètement ou pas du tout vaccinés. 

« On peut s’attendre à beaucoup de tension à l’automne parce que les gens vaccinés n’accepteront pas d’être reconfinés à cause de ceux qui ne le sont pas », entrevoit de son côté le Dr Simon.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres