/news/provincial
Navigation

Un projet immobilier de trois étages sème la discorde à Sillery

Des citoyens se mobilisent contre un édifice trop haut et trop moderne, selon eux

Citoyens projet Sillery
Photo Stéphanie Martin Situé au sommet de la côte de Sillery, au coin du chemin Saint-Louis, le lot abrite une station-service désaffectée depuis des années. Un groupe de citoyens dont font partie Philippe-Daniel Deshaies, Valérie Kelly et Louis-Philippe Coulombe se mobilise pour la création d’un projet « rassembleur ».

Coup d'oeil sur cet article

Édifice trop gros et en rupture avec le bâti du site patrimonial : des citoyens se mobilisent contre un projet qui s’implantera en haut de la côte de Sillery.

• À lire aussi: Labeaume appuie le projet immobilier contesté à Sillery

Le terrain en question abrite une station-service désaffectée depuis des années, au coin de la côte de Sillery et du chemin Saint-Louis.

Une maquette du projet.
Illustration courtoisie
Une maquette du projet.

Le projet prévoit un immeuble de trois étages qui abritera 17 logements. Pour le réaliser, une modification au Programme particulier d’urbanisme (PPU) du site patrimonial de Sillery est nécessaire.

La Ville de Québec veut autoriser un maximum de 17 logements dans un édifice isolé sans commerce au rez-de-chaussée et réduire la hauteur à trois étages au lieu de quatre.

Même si le nouveau règlement prévoit une baisse de hauteur, la situation est quand même inacceptable, selon les citoyens. L’édifice demeure trop gros et trop moderne, disent-ils. 

Le conseil de quartier estime que le futur bâtiment « pourrait nuire aux percées visuelles sur la côte de Sillery à partir du chemin Saint-Louis et qu’il ne respecte pas l’identité du lieu ».

Louis-Philippe Coulombe et ses voisins résidents du secteur en ont contre le gabarit du futur bâtiment, qui, selon eux, ne se marie pas avec le bâti existant. 

« Soyons clairs, personne ne veut préserver la vieille station-service », établit-il.

« Mais la volumétrie va être manifestement incompatible avec l’esprit et le caractère historique du site patrimonial. »

Secteur patrimonial

Le futur bâtiment fera face au cimetière Mount Hermon, désigné lieu historique national du Canada, et sera adossé à la Maison Timmony et au faubourg ouvrier. La Maison Timmony, construite en 1835, est un bâtiment patrimonial reconnu.

Selon le Répertoire du patrimoine bâti de la Ville de Québec, elle possède un potentiel d’épanouissement identitaire et patrimonial très important, note le conseil de quartier, qui s’est quant à lui prononcé contre tout projet d’immeuble sur le site.

Il recommande « la création aménagée d’un lieu de rassemblement, d’un parc et/ou d’une station de cyclistes ».

Émélie Morin et Gary Young habitent la Maison Timmony. Ils craignent que les travaux d’excavation n’en abîment les fondations de pierres.

Ils entrevoient aussi une grande perte d’intimité causée par le mur de trois étages qui sera érigé derrière chez eux.

Pour Valérie Kelly et Philippe-Daniel Deshaies, qui habitent le faubourg, il faut absolument préserver l’essence du quartier. Ils notent que déjà plusieurs édifices à condos ont poussé ces dernières années. Ils s’inquiètent de la hausse de la circulation, notamment.

Prochaine étape

La Ville doit adopter les modifications au PPU lors du conseil municipal de lundi soir. Les citoyens demandent de reporter la décision, le temps d’entamer une discussion entre les différentes parties.

« On veut trouver une façon de faire un projet plus rassembleur et en phase avec le site patrimonial de Sillery », souligne M. Coulombe.


♦ Il n’a pas été possible de joindre le propriétaire Mario Bernardo, du restaurant Montego, ni le constructeur, Ogesco.