/entertainment/movies
Navigation

Box-­office: un bon départ pour «La parfaite victime»

Le documentaire a récolté 55 665$ en cinq jours

Coup d'oeil sur cet article

La controverse a été payante pour La parfaite victime. Le documentaire réalisé par les journalistes Émilie Perreault et Monic Néron s’est hissé au 9e rang des films les plus populaires de la fin de semaine dans les salles du Québec.

Présenté sur 46 écrans à travers la province, La parfaite victime a récolté 55 665 $ pendant ses cinq premiers jours à l’affiche — un bon résultat pour un documentaire lancé en temps de pandémie. À titre de comparaison, le documentaire Les Rose, qui a connu un beau succès en salle l’an passé, avait entamé sa première semaine d’exploitation avec des recettes de 35 924 $ (en sept jours), en août dernier.

Aux Films Séville, distributeur de La parfaite victime, on se dit satisfait des premiers résultats du film au box-office, mais aussi de la réaction du public après les projections. 

S’il a été bien accueilli par la presse culturelle en général, La parfaite victime a suscité de nombreuses critiques au sein du milieu judiciaire. En entrevue avec la chroniqueuse Sophie Durocher la semaine dernière, la procureure en chef adjointe au DPCP, Rachelle Pitre, déplorait notamment l’absence de nuance avec laquelle le film dépeint le système de justice. Elle disait aussi craindre qu’en ne pointant que les échecs du système, le documentaire risque de décourager les victimes d’agressions sexuelles à porter plainte.

F9 encore au sommet

Sans surprise, c’est le film d’action hollywoodien Rapides et dangereux 9 (F9) qui trône, pour une seconde fin de semaine d’affilée, au sommet du box-office. Le long métrage mettant en vedette Vin Diesel a déjà récolté plus de 2 M$ en seulement dix jours au box-office québécois. La comédie familiale Le bébé boss et le film d’horreur La purge éternelle complètent le top 3 des titres les plus populaires du week-end dans les salles de la province.

Présenté sur 14 écrans, le drame Beans, qui se déroule pendant la crise d’Oka, a dû se contenter d’une récolte 13 955 $ pour ses trois premiers jours à l’affiche.