/opinion/columnists
Navigation

Cons, patrons et pognon

0705 Martineau
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Vous connaissez Michel Audiard ? Dialoguiste de génie, cet anarchiste irrévérencieux qui avait toujours une casquette sur la tête, un verre de pinard à la main et une cigarette au bec était au cinéma ce que Frédéric Dard (San Antonio) était à la littérature.

Le champion des néologismes et des expressions croustillantes. 

Les répliques les plus connues d’Audiard ont beau avoir été écrites dans les années 1960 et 70, elles sont toujours d’actualité. 

La preuve : ce joli bouquet de phrases culte cueillies çà et là dans sa filmographie, qui nous rappellent des scènes – et des gens – qui ont marqué les derniers mois. 

  • Écoutez Richard Martineau au micro de Danny St Pierre sur QUB radio:

Savourez !

« Les cons, ça ose tout ! C’est même à ça qu’on les reconnaît. » (Les tontons flingueurs, 1963)

Ça ne vous fait pas penser aux irresponsables qui organisaient des gros partys au plus fort de la pandémie ?

« Deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche. » (Un taxi pour Tobrouk, 1960)

La meilleure phrase expliquant l’ascension de Donal Trump.

« L’essentiel, c’est de râler. Ça fait bon genre. » (Mélodie en sous-sol, 1963)

Les manifestants qui ont passé leur temps à critiquer les mesures sanitaires.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

« Je suis ancien combattant, militant socialiste et tenancier de bistrot. C’est dire si j’en ai entendu des conneries... » (Un idiot à Paris, 1967)

On pourrait ajouter : modérateur de commentaires sur les sites internet et étudiant en sciences humaines à l’université. 

« La justice, c’est comme la Sainte Vierge : si on ne la voit pas de temps en temps, le doute s’installe. » (Pile ou face, 1980)

Exactement ce que se disent les militantes #MeToo.

« Dans des circonstances que je tiendrai secrètes, une personne dont je tairai le nom m’a dit des choses que je ne peux répéter. » (Comment réussir quand on est con et pleurnichard, 1974)

Un porte-parole de l’UPAC répondant à une question d’un journaliste.

« Le jour où la connerie se vendra en tubes, il y en a qui seront les premiers à s’offrir une brosse à dents. » 

Les premiers acheteurs de bitcoins ?

« Pendant douze ans, on a fait chambre commune mais rêves à part. » (Le sang à la tête, 1956)

Le Québec et le Canada. 

« Douze milliards d’impôts ! J’appelle plus ça un budget, j’appelle ça une attaque à main armée. » (La chasse à l’homme, 1964)

La dette du Canada, que les prochaines générations devront rembourser. 

« Je ne suis pas contre les excuses, je suis même prêt à en recevoir. » (Les grandes familles, 1958)

Le Québec attendant des excuses de la part de Justin Trudeau concernant les gens qui ont été arrêtés arbitrairement en 1970.

« Il existe des patrons de gauche, je tiens à vous l’apprendre ! Il existe aussi des poissons volants, mais ils ne constituent pas la majorité du genre. » (Le Président, 1961)

À propos des patrons de Facebook, Amazon, Google et compagnie qui se disent généreux, mais qui ne paient pas d’impôts. 

« La connerie à ce point-là, moi je dis que ça devient gênant. » (Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages, 1974)

Maxime Bernier qui affirme qu’il n’a pas besoin de se faire vacciner, car il est en forme.