/news/coronavirus
Navigation

Preuve vaccinale: Québec va donner des privilèges aux vaccinés

Le ministre de la Santé Christian Dubé tient à son objectif de 75 % de couverture

Coup d'oeil sur cet article

Pour encourager les Québécois à aller chercher leurs deux doses, Québec rendra disponibles certains services non essentiels uniquement aux personnes pleinement vaccinées, advenant une augmentation des cas de contamination à l’automne.

• À lire aussi: COVID-19: 176 nouveaux cas et un décès en trois jours au Québec

• À lire aussi: Les nouvelles mesures aux frontières entrent en vigueur aujourd’hui

C’est ce qu’a indiqué le ministre de la Santé Christian Dubé, lundi, en marge d’une conférence de presse à l’Hôpital Santa-Cabrini, à Montréal.

« On ne pourra pas, si jamais ça n’allait pas bien et qu’il y avait une augmentation importante des cas au mois de septembre, on ne pourra pas reconfiner les gens, avec ce qu’on vient de vivre pendant 15-16 mois », a-t-il d’abord indiqué.

Certains services non essentiels « vont devoir être disponibles à ceux qui ont eu deux doses », a poursuivi le ministre.

  • Écoutez l'analyse de Vincent Dessureault avec Alexandre Moranville-Ouellet sur QUB radio:   

Christian Dubé espère ainsi convaincre les indécis et les réfractaires de se faire vacciner, dans le contexte où Québec dispose de plus de deux millions de doses de vaccin, soit bien assez pour en offrir à tous.

« Il faut être capable de leur expliquer et leur dire, il leur reste deux mois pour aller se faire vacciner », a-t-il expliqué.

Plus de détails à ce sujet seront donnés pendant une autre conférence de presse prévue jeudi. Jusqu’ici, Québec s’était limité à dire que la preuve vaccinale servirait à voyager.

Plus vite

Pour accélérer la campagne, dès mardi, il sera aussi possible pour les Québécois de devancer leur deuxième dose de vaccin dans un délai de quatre semaines sur le site internet de Clic Santé.

Déjà, il était possible de le faire en se rendant à un site de vaccination sans rendez-vous, a indiqué Christian Dubé.

  • Écoutez la chronique de Marc-André Leclerc à QUB radio   

Le comité d’immunisation du Québec a recommandé un délai de huit semaines entre les deux doses, mais il ne s’agit plus d’une exigence. Quelqu’un peut donc maintenant recevoir sa deuxième dose après quatre semaines, à condition qu’il fournisse son consentement.

La réduction du délai entre deux doses et l’augmentation de l’offre de vaccination sans rendez-vous vont « faire une différence » pour l’objectif de Québec d’avoir vacciné 75 % des 18 à 29 ans afin de permettre un retour en présentiel dans les cégeps et les universités à l’automne, estime Christian Dubé.

En prenant en compte l’intervalle de huit semaines, cet objectif apparaissait comme improbable puisqu’en en date du 4 juillet, à sept semaines de la rentrée, seulement 67,8 % des 18-29 ans avaient reçu une première dose de vaccin.

Garder le cap

Christian Dubé n’a pas semblé ouvert à l’idée d’ajuster cette cible lundi et a plutôt insisté sur l’importance d’avoir 75 % des 18-29 vaccinés à la fin août.

« Si on veut absolument un retour en présentiel pour les gens des cégeps et des universités, il faut absolument qu’on aille chercher même mieux que 75 % », a-t-il dit.

Où en est la vaccination?      

  • 71,5 % des Québécois ont eu une dose 
  • 33,9 % des Québécois ont eu deux doses 
  • 67,8 % des 18-29 ans ont eu une dose 
  • 14,1 % des 18-29 ans ont eu deux doses  

* En date du 4 juillet

À VOIR AUSSI         

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres