/news/health
Navigation

Un «risque élevé» pour la source d'eau de Baie-Comeau

Coup d'oeil sur cet article

Les déversements de produits pétroliers sur la route 389 posent un «risque élevé de contamination de la source d’eau potable de Baie-Comeau, selon un rapport dont TVA Nouvelles a obtenu copie. 

Il s’agit d’un rapport que bien d’autres municipalités du Québec ont remis à la demande du ministère de l’Environnement pour analyser les vulnérabilités de leurs sources d’eau potable.

À Baie-Comeau, 21 000 personnes dépendent de la source d’eau potable qui se trouve près du barrage Manic 1. Ce barrage bloque la rivière Manicouagan, qui se trouve à proximité de la route 389.

«C’est une prise d’eau de surface qui est environ 1,5 m sous la surface. Cette eau est pompée et va à l’usine de traitement de l’eau. Donc on est en aval du barrage Manic 1», explique la directrice générale de l’Organisme de bassins versants de Manicouagan, Huguette Thibeault, qui a supervisé l’écriture de cette analyse de vulnérabilités de la source d’eau potable. 

En 10 ans, 43 000 litres de diesel ont été déversés accidentellement sur la route 389 suffisamment proche de la rivière pour poser un «risque élevé» à la source d’eau potable de Baie-Comeau, selon le rapport d’analyse de la vulnérabilité de la source pour le prélèvement d’eau de surface de la Ville.

«C’est une route unique avec beaucoup d’approvisionnement pour Hydro-Québec, différentes instances, organismes, il y a des réservoirs en cours de route», indique Huguette Thibeault. «Il y a vraiment beaucoup de camionnage qui se rend très loin même jusqu’à Fermont. Cet axe-là est énormément emprunté, et parce qu’il est emprunté, il y a des risques d’accidents, de déversement, comme lorsqu’un camion se renverse dans une courbe».

C’est difficile de connaître quel impact cela peut avoir sur la source d’eau potable de la ville parce que l’on ne sait pas exactement comment ces produits pétroliers se comportent sur la terre.

«Ça dépendra de la distance du déversement. Ils ne partiront pas par magie, ça, c’est sûr», ajoute Huguette Thibeault.

Des recommandations pour la Ville de Baie-Comeau

Plusieurs recommandations sont incluses dans le rapport pour diminuer la vulnérabilité de la source d’eau potable. 

«Des mesures là-dedans qui peuvent se mettre en place assez vite. On parle d’ajuste notre plan de mesures d’urgence, en tenant compte de ces vulnérabilités-là», affirme le coordonnateur aux communications de la Ville de Baie-Comeau, Mathieu Pineault. «On a des modifications de zonage qui sont suggérées dans le rapport. Avec notre système d’urbanisme, ça va se faire assez facilement. Accentuer nos communications avec nos partenaires, autant l’OBVM, la MRC, la sécurité civile, le gouvernement ».

Le rapport recommande aussi à la Ville de Baie-Comeau d’investiguer sur la capacité de traitement des certaines substances identifiées dans les événements potentiels.

Malgré les déversements, l’eau de rivière de Manicouagan et donc de la source d’eau des Baie-Comois est de bonne qualité, notamment parce qu’elle est épargnée par les contaminants liés à l’urbanisation et l’agriculture.