/news/currentevents
Navigation

Le pasteur Mukendi a fait de fausses déclarations

Il devra payer une amende de 150 000 $

Paul Mukendi
Photo d’archives Le pasteur Paul Mukendi

Coup d'oeil sur cet article

Accusé d’avoir produit de fausses déclarations à l’impôt, le pasteur Paul Mukendi a reconnu sa culpabilité, mercredi matin, et il a été condamné à payer l’amende minimale de 150 000 $.

• À lire aussi: Agression sexuelle: le procès de Paul Mukendi reporté à décembre

• À lire aussi: Procès pour agression sexuelle: Paul Mukendi à la barre pour son deuxième procès

C’est à la suite d’une enquête menée par les enquêteurs de Revenu Québec que celui qui se fait appeler l’« apôtre » de la ville de Québec a été accusé d’avoir posé ces gestes.

« L’enquête a permis de démontrer que le prix monétaire dans les comptes de monsieur Mukendi était nettement plus élevé que les dépenses déclarées par celui-ci et qu’il avait un rythme de vie plus élevé que les revenus qu’il déclarait », a brièvement résumé le procureur agissant au nom de Revenu Québec.

Revenus imposables

« Il a également encaissé, à plusieurs reprises pendant la période sous enquête, des montants provenant de ses activités professionnelles et ces encaissements, de par leur répétitivité dans le temps, constituaient des revenus imposables en lien avec ses activités », a ajouté le poursuivant.

Ce plaidoyer de culpabilité fait par l’homme d’Église est survenu à la suite d’une « entente globale » entre les parties obtenue après plusieurs rencontres de facilitation. 

Et bien qu’au départ, Revenu Québec eût porté des accusations à l’encontre du Centre évangélique Parole de Vie et de l’attachée de presse du révérend, Marie-Ève Lepage, mercredi, le poursuivant a demandé au juge de prononcer un arrêt des procédures à l’encontre du centre et de la dame. 

En appel pour agression sexuelle

Au cours des cinq prochains jours, Mukendi s’est engagé à déposer la somme de 25 000 $ et il devra s’affranchir du reste de l’amende au cours des 24 prochains mois. 

En novembre dernier, Le Journal révélait qu’après avoir fait faillite et avoir vu sa maison être saisie, le pasteur avait emménagé dans une luxueuse résidence de Cap-Rouge acquise par sa conjointe pour la somme de 625 000 $. 

Rappelons également que bien qu’il eût été trouvé coupable d’agression sexuelle sur une mineure et condamné à purger une peine de huit ans de détention, Mukendi a été libéré après avoir demandé à la Cour d’appel de se pencher sur le verdict.