/entertainment/movies
Navigation

«Une révision» en lice à Angoulême

Catherine Therrien
Photo courtoisie La réalisatrice Catherine Therrien

Coup d'oeil sur cet article

Le film Une révision, de la réalisatrice québécoise Catherine Therrien, a été sélectionné en compétition officielle au Festival du film francophone d’Angoulême, qui se déroule à la fin août dans le sud-ouest de la France.

Seul long métrage québécois à avoir été retenu en compétition, Une révision rivalisera notamment avec les nouveaux films des cinéastes français Jérémie Elkaïm (Ils sont vivants) et Samuel Theis (Petite nature). 

« C’est une belle nouvelle, s’est réjouie Catherine Therrien en entrevue au Journal. Dominique Besnehard, le délégué général du festival, a beaucoup aimé le film. J’espère que cette sélection va aider à le propulser à l’international. »

Récompense

Catherine Therrien fera le voyage à Angoulême avec la productrice Denise Robert et les actrices Nour Belkhiria et Rose-Marie Perreault pour assister à la première mondiale d’Une révision, son premier long métrage. Après avoir vu plusieurs de ses collègues cinéastes ne pas pouvoir accompagner leurs films dans les festivals à cause de la fermeture des frontières, Catherine Therrien s’estime chanceuse de pouvoir aller à la rencontre des spectateurs français. 

« Je trouve que c’est une belle récompense parce qu’on ne l’a pas eu facile pendant le tournage du film l’an passé », confie la cinéaste qui a réalisé plusieurs épisodes de la série District 31

« Comme on a été parmi les premiers à tourner pendant la pandémie à l’été 2020, on a vécu les mesures sanitaires drastiques, avec toute l’insécurité et la nervosité qui venaient avec. Après avoir surmonté ces épreuves, je suis contente de pouvoir aller présenter le film dans un festival en présentiel. »

Scénarisé par Louis Godbout et Normand Corbeil, Une révision raconte l’histoire d’un professeur de philosophie (joué par Patrice Robitaille) qui voit ses convictions être bousculées par sa rencontre avec une de ses étudiantes de confession musulmane (Nour Belkhiria). Catherine Therrien a eu un coup de foudre pour ce scénario qui lui a été chaudement recommandé par Denise Robert et Denys Arcand.

« Quand je l’ai lu, je me suis dit : ayoye, ça me tente de réaliser ce film-là, lance-t-elle. C’est un film sur la transmission du savoir, dans lequel on assiste à un choc générationnel et un choc de valeur entre deux personnages qui vont finir par en apprendre énormément l’un sur l’autre », résume-t-elle.