/news/consumer
Navigation

Des mois d'attente pour votre prochaine auto

Les acheteurs doivent composer avec d’importants délais avant de se procurer une auto neuve

Kia Cap-Santé
Photo Martin Lavoie Les concessionnaires de toute l’Amérique du Nord souffrent d’une pénurie de véhicules. Kia Cap-Santé n’y fait pas exception. Sur cette image, on voit la cour presque vide du détaillant d’automobiles.

Coup d'oeil sur cet article

Préparez-vous à prendre votre mal en patience pendant quelques mois si vous songez à vous procurer un véhicule neuf alors que les inventaires sont au plus bas au Québec, au Canada et aux États-Unis. 

• À lire aussi: Il faut s’armer de patience

Chez plusieurs concessionnaires automobiles du Québec, les cours, habituellement remplies de véhicules, sont presque vides.

« C’est comme ça depuis plusieurs mois. Ce n’est pas une situation qu’on contrôle, et les fabricants non plus », reconnaît Yanick Lecours, directeur du marketing chez Le prix du gros, qui compte 14 concessions de Sorel-Tracy à Québec, en passant par Trois-Rivières.

« Le problème vient d’une pénurie de puces évoluées qui aident à la conduite. Trois usines les fabriquent dans le monde. L’une est passée au feu et une autre, en Chine, a livré moins de pièces aux États-Unis en raison d’un différend commercial entre les deux pays. Ça ne touche pas seulement l’automobile, mais aussi, notamment, les téléphones et l’informatique », fait remarquer M. Lecours.

« Les problèmes sont différents d’un manufacturier à l’autre, mais tournent autour d’un manque de pièces, de fermeture d’usines et du fait que l’économie des États-Unis est repartie plus vite et qu’ils ont pris de l’inventaire. La COVID a le dos large, mais c’est impossible de mettre le doigt sur un seul facteur », lance Jacques Émond, directeur général adjoint, Lévis Toyota.

Denis Leclerc, président du groupe ALBI le Géant, confirme « une baisse de production de véhicules de 25 % à 30 %. »

« Les manufacturiers que nous représentons nous ont confirmé que cette pénurie devrait se résorber à partir de la mi-septembre », espère-t-il.

Modèles plus recherchés

Évidemment, cette pénurie se reflète sur les délais de livraison des véhicules les plus demandés, principalement les VUS et les camionnettes.

« Quand les voitures arrivent, elles sont déjà vendues à des clients qui attendent depuis plusieurs mois », explique Marc-Antoine Le Roux, directeur général chez Honda Drummondville, faisant partie du Groupe MHT.

« Nous avons des délais de trois à six mois pour un pick-up Ram 1500 ou un GMC Sierra tout équipés. On ne voit pas d’amélioration pour le moment », avance pour sa part Yanick Lecours.

Il faudra être encore plus patient pour un hybride, particulièrement pour le Toyota RAV4, concède Jacques Émond.

« Le délai est de 5 à 9 mois pour le RAV4 hybride et pour la version branchable, de 18 à 24 mois. Nous en avons de 200 à 300 vendus d’avance. »

Chaîne brisée

Les voitures d’occasion y goûtent aussi.

« Nous avons un millier de véhicules usagers disponibles, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. La prémisse, c’est que pour avoir un véhicule d’occasion, les gens retournent leur véhicule. Et si les gens doivent attendre pour une voiture neuve, toute la chaîne est brisée », insiste Yanick Lecours.

Cette surchauffe des prix peut être intéressante pour certains clients qui pourraient se faire offrir la reprise de leur véhicule avant la fin de leur location.

« On voit que le consommateur n’est plus patient. Nous devons être plus créatifs », admet M. Lecours.