/opinion/columnists
Navigation

Votez Martineau!

Coup d'oeil sur cet article

C’est beau, la saison des élections, non ?

Les payeurs de taxes municipales se magasinent un maire ou une mairesse, et le Parti conservateur se demande comment il va faire pour empêcher Justin d’avoir une majorité...

Toutes les formations ont une solution aux problèmes qui nous affligent. Même les partis qui sont au pouvoir depuis des années et qui n’ont rien fait !

Soudainement, ils se découvrent un regain d’énergie et d’imagination...

Comme disait un humoriste, on devrait toujours être en campagne, car lorsqu’on est en élections, les élus savent tous quoi faire pour régler nos problèmes !

UN VRAI CHEF !

Tiens, c’est tellement stimulant que ça me donne envie de me lancer, moi aussi ! Pourquoi pas ?

J’ai déjà mon slogan : « Un VRAI parti pour le VRAI monde ! »

C’est pas beau, ça ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Et j’ai trouvé la première phrase de mon discours inaugural : « Le citoyen en a marre des ritournelles, des boniments et des mensonges, il veut un chef qui dit les vraies affaires ! »

Wow ! Ça punche, non ? 

Et attendez ma deuxième phrase, vous allez tomber sur le cul.

« Avec Martineau, on va s’occuper des vrais problèmes ! »

Badaboum !

J’étais en train de mettre le contenu de ma laveuse dans ma sécheuse quand j’ai pensé à ça. Ça m’est venu comme ça, d’un coup !

Je l’ai dit à Sophie : « Qu’est-ce que t’en penses, chérie ?

— C’est génial, doudou, ça frappe ! »

Le nom de mon parti ? Le parti des Québécois !

Pas le Parti québécois, non ! C’est sûr que mon parti est québécois, calvaire, il a été créé au Québec !

Le Parti DES Québécois !

C’est-à-dire : POUR les Québécois !

Re-badaboum !

J’ai pensé à ça pendant que Sophie repassait mes chemises...

LES VRAIES AFFAIRES !

Savez-vous ce que mon parti va faire ?

« Il va changer les règles du jeu », comme disait Mélanie Joly, qui prend maintenant la défense du français parce que son boss a besoin du Québec pour décrocher une majorité. 

Il va faire les choses différemment !

On n’aura jamais vu ça ! Non, monsieur !

Au lieu de séduire les électeurs pour avoir leurs votes, on va les envoyer promener !

On va leur dire leurs quatre vérités en pleine face !

Oh que oui !

Par exemple, on va dire aux Anglos de Montréal : « On ne vous donnera pas 200 millions pour rénover le Cégep Dawson, non ! On va juste vous donner 100 millions ! »

Pow !

Ça va pleurer dans les chaumières, les amis !

Et les bonis pour les patrons de la SAQ ? « Vous n’en aurez pas ! À moins que ça soit écrit dans votre contrat... »

Tin, toé !

LA VÉRITÉ VRAIE !

Dans mon parti, on va lutter contre la rectitude politique.

Par exemple, si je n’ai pas dormi la veille, je n’irai pas par quatre chemins, je vais regarder mes électeurs dans les yeux et je vais leur dire : « J’ai passé une nuit blanche ! »

Oh, je ne me gênerai pas, non !

Je vais leur dire comme j’suis là !

Et tant pis pour les conséquences !

On est courageux ou bedon on ne l’est pas !

Et finie, la ligne de parti ! Terminée, l’époque où les chefs s’entouraient de « Yes Men » !

Quand je vais dire Non, toute mon équipe va dire Non !

C’est ça, le Parti des Québécois !

Votez Martineau, votez vrai !