/sports/racing
Navigation

Tour de France: mêmes objectifs pour Hugo Houle et Guillaume Boivin

Un horaire très chargé attend les trois Canadiens

Hugo Houle
Photo AFP Hugo Houle

Coup d'oeil sur cet article

À six jours de l’arrivée sur les Champs-Élysées, Hugo Houle mise beaucoup sur l’étape accidentée de mardi au Tour de France pour tenter à nouveau d’aller chercher une victoire. 

• À lire aussi: Tour de France: une autre journée éprouvante en montagne

• À lire aussi: Mark Cavendish égale le record d’Eddy Merckx

Après la seconde journée de repos dans la principauté d’Andorre, le peloton roulera vers Saint-Gaudens, en Haute-Garonne, pour la 16e étape longue de 169 kilomètres.  

«Je suis toujours en vie! On annonce très froid et de la pluie. Ça va être un beau bordel!» lance le Québécois de 30 ans. 

À une trentaine de bornes du sprint final, les coureurs franchiront le col de Portet-d’Aspet, l’endroit où l’Italien Fabio Casartelli est mort dans la descente le 18 juillet 1995 à l’âge de 24 ans. À l’époque, le casque n’était pas encore obligatoire.  

Relief favorable 

Comme l’arrivée ne se fait pas en altitude, le relief est plus favorable pour Houle, fort satisfait de sa participation à deux échappées, mais surtout du prix de la combativité pour lequel il est monté sur le podium au terme de la 10e étape après 150 km en duo avec le Belge Tosh Van der Sande. 

«Être devant au Tour de France et avoir le dossard rouge, c’est toujours une belle reconnaissance. Tu as le temps de penser à bien des choses. C’est agréable aussi de revoir le public sur la route. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu ce feeling. J’espère me retrouver encore en échappée d’ici la fin.» 

Peu importe le cycliste, une victoire d’étape reste également un objectif principal pour la formation Astana-Premier Tech, toujours à la recherche d’un premier succès malgré la 7e place au classement général du Kazakh Alexey Lutsenko. À ce stade-ci, 15 équipes sur les 23 en course visent toutefois la même chose. 

En altitude 

Mercredi et jeudi, les deux étapes dans les Hautes-Pyrénées seront jugées en altitude, dans des ascensions classées hors catégorie. Le Tourmalet et Luz Ardiden sont notamment au menu. Avec huit points de retard, le Canadien Michael Woods bataillera encore pour le maillot à pois mais la commande s’annonce lourde avec trois sérieux prétendants comme Wouter Poels, Wout Van Aert et Nairo Quintana. 

Le dernier contre-la-montre individuel de samedi, la veille de l’arrivée à Paris, servira de test pour Hugo Houle en prévision de l’épreuve des Jeux de Tokyo, le 28 juillet prochain. 

«Je vais essayer de me donner à 100 % pour aller chercher des références. Je vais être prêt.» 

Horaire chargé 

Son compatriote Guillaume Boivin (Israël Start Up Nation) n’aura pas le temps de souffler non plus dans les jours à venir. En quittant la France ce dimanche, les Canadiens n’auront que cinq jours de répit avant de se lancer dans une aventure olympique un peu différente.  

Le cycliste québécois Guillaume Boivin
Photo courtoisie
Le cycliste québécois Guillaume Boivin

«Sur le Tour, nous avons eu deux semaines difficiles qui ont changé nos plans mais Woods est dans la lutte pour le maillot à pois et il reste une semaine pour gagner une étape. Les départs d’étape sont très animés et il a fait très chaud. Pour moi, la différence reste le stress avec les enjeux qui sont plus gros mais physiquement ça va assez bien. Le moral est bon. Je peux faire mon travail sans avoir peur de ne pas finir l’étape. Ensuite, il faut filer à Tokyo et dormir!»