/news/society
Navigation

Les ambulanciers en grève générale

Coup d'oeil sur cet article

Comme dans neuf autres régions du Québec, les ambulanciers affiliés à la CSN en Mauricie sont sur le point de déclencher une grève générale illimitée. 

• À lire aussi: La Ville de Montréal dépose une offre finale aux ingénieurs

• À lire aussi: En grève depuis le 28 avril, des employés d'Olymel manifestent à Québec

• À lire aussi: Les urgences frôlent le chaos à Gatineau

Dès le 14 juillet, les techniciens ambulanciers de Saint-Paulin, de Saint-Alexis-des-Monts et de La Tuque vont débrayer. Suivront ceux de Trois-Rivières, de Shawinigan, de Batiscan et de Nicolet la semaine suivante. «Tout ce qui est normatif, présentement y’a pas de problèmes», explique le président du Syndicat des paramédicaux Cœur-du-Québec, Michel Beaumier. «Mais tout ce qui est monétaire, c’est le gros enjeu présentement.»

Les techniciens ambulanciers paramédicaux demandent aussi la création d’un comité paritaire sur l’ergonomie dans les véhicules. «Ils [les ambulanciers] ont les jambes à 45 degrés en tout temps. Ça cause des problèmes au niveau des hanches, des articulations. L’habitacle a été réduit en largueur alors on est pratiquement sur le patient quand on fait des interventions.»

Étant un service essentiel, les ambulanciers ne peuvent pas réduire les services aux usagers. M. Beaumier et ses membres ont plutôt choisi de refuser de s’occuper de la facturation et de ramener les escortes médicales.

«On ne peut pas débrayer dans la rue en disant "on arrête de faire marcher les ambulances". On doit avoir un effectif qui est normal. Donc, il faut prendre des moyens qui vont frapper fort au niveau des employeurs.»

Les ambulanciers avancent gagner moins cher que leurs collègues ailleurs au Canada tout en devant terminer une année d’études supplémentaire. Selon eux, ils devraient gagner 5$ de l’heure de plus.

Le mouvement de grève sera suivi dans une dizaine de régions du Québec.