/news/transports
Navigation

Le RTC pourra former ses futurs usagers

Le RTC pourra former ses futurs usagers
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) dispose depuis mardi d’un nouveau centre d’information et d’accompagnement pour «former» ses futurs usagers qui ont des besoins particuliers.

• À lire aussi: Les vélos à assistance électrique disponibles depuis vendredi

• À lire aussi: Les chauffeurs du RTC veulent pouvoir conduire le tramway

Prendre l’autobus peut sembler naturel pour la plupart des gens, mais c’est une autre histoire pour de jeunes écoliers qui passent de l’autobus scolaire au transport collectif régulier, des personnes handicapées ou âgées, ou encore des nouveaux arrivants, pour qui cela peut s’avérer déroutant et même intimidant, a souligné mardi le président du RTC, Rémy Normand, en inaugurant l’endroit.

Le RTC pourra former ses futurs usagers
Photo Stevens Leblanc

La société de transport offrait déjà de l’accompagnement, mais il fallait aller vers la clientèle, ou amener celle-ci devant le siège social à Lebourgneuf, à l’extérieur, en mobilisant un véritable autobus à des fins de mises en situation. «Ce n’était pas toujours pratique», selon M. Normand.

Le nouveau Service d’accompagnement en mobilité intégrée, ou «SAMI», vise à remédier à cette problématique. Les diverses clientèles pourront se familiariser avec les modes de transport du RTC sur une base individuelle ou en groupe avec l’aide d’agents du service à la clientèle, et ce, gratuitement.

Le RTC pourra former ses futurs usagers
Photo Stevens Leblanc

Une première

Le nouveau local à l’intersection du chemin Sainte-Foy et de l’avenue Ernest-Gagnon, dans le quartier Saint-Sacrement, dispose entre autres d’une maquette d’autobus grandeur nature, réalisée par les équipes du Carnaval de Québec, d’un véritable arrêt d’autobus avec abri, d’un vélo à assistance électrique et d’une salle multifonctionnelle.

Les usagers pourront en savoir plus sur l’utilisation des rampes d’accès ou des supports à vélo, les bonnes pratiques à bord ou encore planifier leurs itinéraires. Le tout représente un investissement de 650 000$, alors que l’exploitation des lieux est évaluée à 250 000$ par année.

Un centre offrant cet éventail de services serait une première en Amérique du Nord, selon le RTC.

L’immeuble accueille également un centre d’information offrant la vente de titres de transport et la gestion des objets perdus. Il va remplacer le centre d’information de la rue des Rocailles, qui cessera bientôt ses activités.

Significatif

Jean-Michel Bernier, qui a perdu la vue dans un accident impliquant un train il y a 26 ans, pense que ces nouvelles installations auront un grand impact pour des personnes atteintes d’une déficience visuelle.

Le RTC pourra former ses futurs usagers
Photo Stevens Leblanc

«C’est prendre conscience de comment sont constituées les zones d’arrêt, comment planifier un déplacement ou même rentrer dans un bus. Si tu ne l’as jamais vu, bien ça demande quand même une familiarisation pour rentrer, trouver le valideur, savoir où s’asseoir. C’est extrêmement intéressant», a salué M. Bernier, qui est président du Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région de la Capitale-Nationale.

De même, des usagers qui se fient exclusivement au service de transport adapté (STAC) depuis des années pourraient être tentés d’essayer le transport collectif régulier, qui offre plus de flexibilité, selon Michel Bédard, un citoyen qui se déplace en fauteuil roulant.

Le RTC pourra former ses futurs usagers
Photo Stevens Leblanc

Par contre, il faut souhaiter que la Ville et le RTC continuent le travail amorcé visant à rendre accessibles le plus d’arrêts d’autobus possible, en tenant compte des aménagements comme les trottoirs, ajoute-t-il, disant sentir que «la volonté est là».

À VOIR AUSSI