/investigations/taxes
Navigation

Une Américaine condamnée à payer 1,2 M$ au Québec

Carol Hudson a participé à un stratagème de spéculation sur la monnaie irakienne

Coup d'oeil sur cet article

Une fausse conseillère financière ayant floué 81 investisseurs québécois est condamnée à verser 1,2 million $ d’amendes. Au total, Carol Hudson leur a fait perdre 900 000 $ US. 

La propriétaire de l’entreprise Rhema Counsulting ne s’est jamais présentée devant le tribunal administratif des Marchés financiers qui lui a imposé cette lourde amende.  

Le stratagème a débuté en 2010. Le chiropraticien Luc Roberge, aujourd’hui décédé, cherchait des investisseurs pour acheter des dinars irakiens. Il sollicitait alors ses patients, dont plusieurs étaient très vulnérables. 

L’homme, qui pratiquait à Drummondville et Brossard, prétendait qu’une réévaluation de la devise était imminente avec un rétablissement de la situation politique en Irak. Il promettait des rendements de 1000 %. 

Le chiropraticien leur indiquait qu’il fallait acheter la devise aux États-Unis. Ceux qui acceptaient d’investir recevaient donc les coordonnées de Carol Hudson qui demeure en Floride. 

Roberge et Hudson avaient déjà fait des affaires ensemble dans le passé. Les sommes étaient versées dans le compte personnel de l’Américaine, ainsi que dans les comptes de ses entreprises, Rhema Counsulting et CH Enterprise. 

Argent perdu

Selon des courriels présentés en cour, dès mai 2011, Carol Hudson a informé Luc Roberge que son compte était dans le négatif lors des premiers dépôts d’investissements. Elle a ainsi perdu ces sommes d’argent.  

Elle a tenté de régulariser la situation en spéculant sur une réévaluation du dinar irakien. Puisque la réévaluation ne venait pas, Carol Hudson a perdu de l’argent et devait constamment en racheter avec les nouveaux investissements.

À partir de juillet 2012, l’argent des investisseurs est envoyé à un dénommé Nicolas de Smet plutôt qu’à Carol Hudson. Il sera par la suite transféré dans le compte en fidéicommis de l’avocat Jean-Paul Gagnon. 

Carol Hudson et ses complices au Québec ont attiré les investisseurs en leur promettant une explosion de la valeur du dinar irakien après la fin du conflit en Irak. Sur la photo, bombardements sur la capitale Bagdad en 2003.
Photo d’archives
Carol Hudson et ses complices au Québec ont attiré les investisseurs en leur promettant une explosion de la valeur du dinar irakien après la fin du conflit en Irak. Sur la photo, bombardements sur la capitale Bagdad en 2003.

En plus des milliers de dollars perdus, des frais administratifs faramineux étaient facturés aux investisseurs, allant parfois jusqu’à 1210 $ par mois. 

Les investissements ont continué jusqu’au suicide de Luc Roberge en novembre 2015. C’est à ce moment que l’on s’est rendu compte que l’argent avait disparu. 

Trois des cinq accusés dans cette affaire sont morts avant la fin des procédures. Daniel Kaufmann, décédé en février 2021, a aussi été reconnu coupable en juin d’avoir donné des conseils financiers sans être enregistré. L’avocat Jean-Paul Gagnon est pour sa part décédé le 28 décembre 2019. 


Nicolas De Smet devra payer une amende de 21 000 $ aux autorités. Il a sollicité deux investisseurs, entre 2012 et 2014, alors qu’il n’était pas enregistré comme conseiller financier. La cour a pris en compte le fait que M. De Smet avait lui-même perdu plus de 100 000 $ dans cette affaire.

La saga en 5 dates 

2010

Début des sollicitations d’investisseurs par le chiropraticien Luc Roberge et l’Américaine Carol Hudson 

2012 

Retrait de Carol Hudson après avoir perdu l’argent de plusieurs investisseurs 

Novembre 2015 

Suicide de Luc Roberge 

2016

Début de l’enquête de l’Autorité des marchés financiers 

Juin 2021 

Le tribunal administratif des Marchés financiers impose une amende de 1,2 M$ à Carol Hudson