/finance/business
Navigation

Une campagne de recrutement «vintage» pour Lassonde

Coup d'oeil sur cet article

En plus de miser sur le web et sur les réseaux sociaux pour tenter de recruter des employés, la compagnie Lassonde a récemment opté pour une avenue plus traditionnelle en envoyant des milliers de dépliants par la poste, avec un grand succès. 

L’offensive de recrutement lancée par l’entreprise bien connue pour ses jus de fruits Oasis tire dans toutes les directions. En plus de l’incontournable bannière «Nous embauchons» installée sur le mur extérieur de son usine de Rougemont, des annonces ont été placées dans les journaux et sur les réseaux sociaux LinkedIn, TikTok et Instagram.

Mais de tous les moyens utilisés, c’est finalement un simple dépliant promotionnel envoyé par la poste en juin qui donne les meilleurs résultats.

«On va rire là, mais je me suis fait parler du "flyer" [la publicité postale] plus que de n’importe quelle autre de nos initiatives», a confié le directeur des ressources humaines de l’entreprise, Mathieu Simard, en entrevue avec l’Agence QMI.

Seulement pour les remplacements d’été, Lassonde recherchait une centaine d’employés pour ses usines de Rougemont et de Saint-Damase, en Montérégie. Cela dit, le recrutement se fait à longueur d’année afin de pourvoir les postes laissés vacants par les retraites et le roulement normal du personnel.

C’est incidemment dans les régions en périphérie de ses usines de Boisbriand, dans les Laurentides, et de Rougemont et de Saint-Damase, en Montérégie, que la campagne postale a été menée. «On a vraiment ciblé la géographie autour de nos établissements, on voulait rejoindre tous les villages, même les plus petits, autour de nos usines et pas que les grandes villes comme Granby», a indiqué Mathieu Simard.

Selon ce dernier, le volet postal de la campagne de recrutement a permis de rejoindre 180 000 foyers. Cette initiative a connu suffisamment de succès pour que Lassonde envisage de réitérer l’expérience des dépliants dans le futur.

La spécialiste de la publicité à l’agence lg2 Sophie-Annick Vallée n’est pas étonnée par ce succès. Selon elle, il faut d’abord cibler les candidats qu’on recherche.

«Une fois que nous savons qui nous cherchons, on regarde où ils habitent et comment attirer leur attention», a avancé la publicitaire en ajoutant que le recrutement des jeunes, par exemple, ne peut pas se limiter aux réseaux sociaux. «Ils y sont, mais pas tous et pas tout le temps», a-t-elle soutenu.

«Il s’agit de bien savoir utiliser cette méthode», a noté la spécialiste.