/finance/news
Navigation

Manque de main-d'œuvre: Cedrico tourne au ralenti

Coup d'oeil sur cet article

Le manque d'employés force l'entreprise bas-laurentienne Bois d’œuvre Cedrico à réduire ses activités de 30 % à 40 %. 

• À lire aussi: Sauvetages: appel à la vigilance sur le fleuve après un incident

• À lire aussi: Région de la Capitale-Nationale: 5320 foyers additionnel auront accès à internet haute vitesse d’ici 2022

L’entreprise observe ainsi une chute importante de son chiffre d'affaires alors que le prix du bois d'œuvre explose.

«On se sent démembrés. C'est comme s'il y avait un feu et qu'on n'avait pas d'eau, qu'on ne pouvait rien faire», a lancé Denis Bérubé, le président de Cedrico, mercredi.

Au cours des derniers mois, l'entreprise a dû prendre des décisions difficiles en raison du manque de main-d'œuvre. Il y a trois semaines, le deuxième quart de travail a été suspendu à l'usine Cedrico de Price et au début du mois de mai, le troisième quart de travail a été supprimé temporairement à l'usine de Causapscal.

«Quand on est rendus là, c'est qu'on est rendus au bout de la main-d'œuvre», a ajouté le président.

Pour reprendre ses activités à plein régime dans ses deux usines, l'entreprise doit embaucher 40 employés.

Pour recruter, on ne lésine pas sur les moyens

Mercredi, une importante offensive a été lancée pour recruter de nouveaux employés dans la région, mais aussi partout à travers le Québec. L'entreprise offre notamment une prime à l'embauche, une prime de référencement pouvant aller jusqu'à 1000 $ et deux journées d'entrevue sans rendez-vous.

«On espère avec tout ça être capables de se remettre en route avec deux quarts de travail à Price et Causapscal», a indiqué M. Bérubé.

De plus, en décembre, l'entreprise a entamé des démarches pour recruter des travailleurs étrangers. Mais jusqu'ici, les démarches se sont avérées longues et laborieuses.

«Une solution qui semble assez simple, c'est d'ajouter des ressources directement au ministère de l'Immigration parce qu'en ce moment, les dossiers s'accumulent sur les bureaux, les délais s'allongent et on n'a pas assez de personnes pour traiter ces dossiers-là», a indiqué Kristina Michaud, députée fédérale d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia.

De l'aide réclamée

De nombreux élus étaient présents lors du lancement de la campagne de recrutement mercredi.

Certains ont d'ailleurs réclamé l’aide des deux paliers de gouvernement pour permettre aux entreprises de se sortir de cette crise.

«La rareté s'est transformée en pénurie de main-d'œuvre, alors il faut qu'il y ait une stratégie de la part de nos deux gouvernements pour contrer cet enjeu majeur là», a exprimé la préfète de La Matapédia, Chantale Lavoie.

Avec quelque 220 employés, Cedrico est l'usine la plus importante dans La Matapédia et le principal employeur à Causapscal.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.