/news/provincial
Navigation

Marchand veut ramener des résidents dans le Vieux-Québec

Le candidat à la mairie a évoqué diverses pistes de solution

Quebec
Photo d’archives, Stevens Leblanc Bruno Marchand et Jean-François Gosselin étaient invités à répondre aux questions des citoyens hier par le conseil de quartier du Vieux-Québec-Cap-Blanc-Colline Parlementaire.

Coup d'oeil sur cet article

Déplorant que le Vieux-Québec ait été « laissé pour compte » dans les dernières années, le candidat à la mairie Bruno Marchand a évoqué mercredi diverses pistes de solution pour y ramener des résidents, lors d’une séance spéciale du conseil de quartier.

• À lire aussi: Marchand inquiet pour l’industrie touristique

Le chef de Québec forte et fière et son opposant Jean-François Gosselin, de Québec 21, étaient tous les deux invités mercredi soir à répondre aux questions des citoyens par le conseil de quartier du Vieux-Québec-Cap-Blanc-Colline Parlementaire.

Signe que l’élection approche, c’est l’une des premières fois de la course que des candidats à la mairie se retrouvaient au même événement. Les aspirants maires n’ont toutefois pas croisé le fer, s’exprimant plutôt l’un après l’autre durant chacun une période d’une heure.

M. Marchand a commencé son allocution en citant un article de la presse internationale décrivant le surtourisme qui a repoussé vers la périphérie les habitants des quartiers historiques de grandes capitales comme Barcelone ou Lisbonne.

Jean-François Gosselin
Photo d’archives, Stevens Leblanc
Jean-François Gosselin

Promesse brisée

Il s’est alarmé en disant ne pas avoir « l’impression qu’on est si loin de la réalité qui est la nôtre » et a dit vouloir prôner un « tourisme durable ». Il a soutenu que « le Vieux-Québec ne peut pas être laissé pour compte et de mon humble avis, c’est malheureusement ce qui a été fait dans les dernières années. »

M. Marchand a presque semblé faire sienne une promesse électorale brisée du maire Régis Labeaume qui disait à l’élection de 2017 vouloir attirer 500 nouveaux résidents dans les murs du quartier historique.

« Si dans un an, si, le 7 novembre 2022, le 500 n’est pas atteint [...] on va s’asseoir ensemble et on va dire “c’est où qu’on erre ?” parce que l’année prochaine, l’objectif va être 1000 », a lancé M. Marchand.

À l’automne 2020, M. Labeaume avait blâmé le ministère de la Culture pour avoir refusé divers projets résidentiels dans le Vieux-Québec, qui auraient permis d’atteindre cet objectif.

Bruno Marchand a désigné entre autres la spéculation immobilière comme étant un frein à la revitalisation du quartier, tout comme la transformation d’appartements en logements locatifs de courte durée.

Il souhaite favoriser la création de plus de logements abordables, la création de milieux de vie plus inspirants et l’augmentation des services de proximité.

Métro léger

De son côté, le chef de Québec 21 a utilisé une bonne partie de son temps de parole pour présenter son projet de métro léger. Il a expliqué qu’il préférait laisser à sa candidate dans Cap-aux-Diamants, quand elle sera connue, le soin de présenter les positions plus spécifiques de son parti pour le Vieux-Québec.

S’agissant du tourisme de masse, Jean-François Gosselin a toutefois estimé que « le mot clé c’est que c’est une question d’équilibre ». Il a également déploré la disparition d’un marché public dans le Vieux-Port.

À VOIR AUSSI...