/investigations/transports
Navigation

Toujours plus de nids-de-poule au Québec, malgré des tonnes d'asphalte

Le ministère des Transports a utilisé 25% de plus d’asphalte pour colmater les milliers de trous sur la route

Poule 5
Photo Jules Richer Les bretelles d’accès à l’autoroute 30 et à la route 116, près des Promenades Saint-Bruno, sont en très mauvais état et seront refaites d’ici novembre.

Coup d'oeil sur cet article

Les automobilistes ont raison de se plaindre ; le nombre de nids-de-poule sur les routes québécoises n’a pas cessé d’augmenter dans les dernières années.

• À lire aussi: Une route «en fin de vie» et dangereuse pour les motos

• À lire aussi: Et les 10 pires routes du Québec sont...

• À lire aussi: Nos routes en déroute: un réseau routier trop étendu au Québec

Selon des chiffres obtenus par notre Bureau d’enquête, le ministère des Transports a utilisé 25 % de plus d’asphalte l’année dernière pour colmater trous et fissures sur les routes de la province, en comparaison avec 2017-2018.

La quantité d’asphalte employée à cette fin est ainsi passée de 15 354 tonnes en 2017 à 19 286 tonnes en 2020-2021. La hausse de son utilisation a été constante chaque année pendant cette période.

  • Écoutez l'analyse d'Alexandre Moranville-Ouellet avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:

Au ministère, on indique que cette situation est attribuable à la hausse du nombre des nids-de-poule, pas au manque de volonté de s’attaquer plus fortement au problème.

Poule 5
Photo Jules Richer

Deux facteurs sont pointés : le climat et la plus forte circulation sur les routes. 

  • Écoutez l'entrevue du journaliste Jules Richer au micro de Danny St Pierre sur QUB radio:  

« C’est causé par une augmentation du nombre des cycles de gel et dégel, particulièrement dans le sud de la province, et par une hausse du tonnage [poids cumulatif des véhicules] sur les routes du Québec », explique Nicolas Vigneault, porte-parole de Transport Québec.

Rappelons que l’alternance du gel et du dégel a un effet destructeur sur la chaussée. L’eau qui s’immisce dans les fissures prend de l’expansion lorsqu’elle gèle, ce qui accélère la détérioration.

Les techniques de réparation des nids-de-poule ont aussi évolué avec le temps. On utilise maintenant plus « d’enrobés froids », qui sont passés de 3707 tonnes en 2017 à 6301 tonnes en 2020.

Malgré les efforts qu’on y consacre, le problème reste aigu au Québec.

« Je suis allé en France, il n’y a pas très longtemps, et j’ai fait un bon circuit, soit environ 2000 kilomètres [...] Je crois avoir vu seulement deux nids-de-poule », évoque Stéphane Trudeau, directeur technique chez Bitume Québec.

Les nids-de-poule, rappelle M. Trudeau, sont un « symptôme de dégradation avancée » de la chaussée.

« En Europe, la tolérance est telle que dès que la route se détériore légèrement, il y a une réfection qui est faite. Ils gardent la surface très, très belle en tout temps. »

Plus de poids lourds

Président de l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec, Jean-François Dionne est bien placé pour observer la détérioration de nos routes.

« Il faut penser qu’il y a de plus en plus de poids lourds, et que ça endommage davantage les routes. Il y a aussi plus de véhicules par famille », souligne-t-il.

Baisse à Montréal

Ailleurs au Québec, la situation connaît néanmoins une évolution différente. À Montréal, le nombre de nids-de-poule colmatés est en diminution.

La réparation est passée de 205 436 nids-de-poule en 2017 à 149 880 en 2020 sur les artères principales de la métropole. On doit toutefois diminuer de près de 34 000 le chiffre de 2020, puisqu’il s’agit de réparations effectuées dans des rues secondaires.

Selon le porte-parole de la Ville, Philippe Sabourin, ce recul est attribuable à une amélioration générale de l’état du réseau routier montréalais, qui a fait l’objet d’innombrables travaux.

Finalement, pour la ville de Québec, on constate que le nombre de nids-de-poule colmatés est resté relativement stable dans les trois dernières années.

– Avec Sarah Daoust-Braun

Un recours accru aux « enrobés froids »  

Dans les dernières années, on note une utilisation grandissante de ce qu’on appelle les « enrobés froids » sur les routes entretenues par le ministère des Transports.

Leur emploi est passé de 3707 tonnes en 2017-2018 à 6301 tonnes en 2020-2021, selon les chiffres que nous avons obtenus.

Comme son nom l’indique, ce type d’asphalte n’a pas besoin d’être chauffé pour garder son élasticité lors de la pose, et ce, grâce à des additifs particuliers.

Son avantage est la facilité d’utilisation.

Réparations urgentes

« L’utilisation de l’enrobé froid est principalement associée à des réparations urgentes. Les travaux de réparation sont réalisés rapidement de façon manuelle, ce qui permet de sécuriser la route rapidement », affirme Nicolas Vigneault, porte-parole du Ministère.

On peut même y recourir l’hiver, à condition toutefois de reprendre la réparation au retour de la belle saison avec de l’asphalte régulier, plus durable. Il faut aussi le réserver pour les trous de petite dimension.

Le responsable technique chez Bitume Québec, Stéphane Trudeau, remarque en outre que la qualité de la pose de l’enrobé froid dépend beaucoup du savoir-faire de l’équipe à laquelle on a recours.

Enrobés chauds

Par contre, de façon générale, les enrobés chauds sont privilégiés par le ministère des Transports pour le colmatage des nids-de-poule. Plus de 60 % des réparations ont été effectuées en 2020-2021 avec ce type d’asphalte traditionnel, ce qui représente 12 153 tonnes.

Le parent pauvre reste ce qu’on appelle les enrobés tièdes. Ceux-ci ont de plus en plus la faveur pour des raisons environnementales. En les chauffant moins que leurs équivalents habituels, on réduit la consommation d’énergie. Moins de 10 % des colmatages sont présentement effectués avec ce type d’asphalte.

« Le choix de l’enrobé revient à l’entrepreneur », indique Transports Québec, qui n’exige donc pas l’emploi des enrobés tièdes lors de l’émission des contrats.

Tonnes d’asphalte utilisées par le ministère des Transports (par type d’asphalte)  

2020-2021

◆ Total : 19 286 t  

  • Froid : 6301  
  • Chaud : 12 153  
  • Tiède : 832   

2019-2020

◆ Total : 18 898 t  

  • Froid : 4964  
  • Chaud : 12 089  
  • Tiède : 1844   

2018-2019

◆ Total : 16 237 T  

  • Froid : 4231  
  • Chaud : 11 335  
  • Tiède : 671   

2017-2018

◆ Total : 15 354 T  

  • Froid : 3707  
  • Chaud : 11 124  
  • Tiède : 523   

Nids-de-poule colmatés à Québec  

  • 2017 : 27 940  
  • 2018 : 23 746  
  • 2019 : 23 321  
  • 2020 : 25 451   

Nids-de-poule colmatés à Montréal  

  • 2017 : 205 436  
  • 2018 : 199 019  
  • 2019 : 174 856  
  • 2020 : 149 880   

À VOIR AUSSI