/news/politics
Navigation

Une ex-militaire à la tête du CISSS de la Côte-Nord

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, en poste depuis trois semaines, est issue du monde militaire. 

• À lire aussi: LCN souligne les 25 ans du déluge du Saguenay

• À lire aussi: Création d’un Économusée autochtone sur la Côte-Nord

• À lire aussi: Trop d’attente pour les touristes à la traverse de Tadoussac

Manon Asselin assure que les employés du réseau de la santé ne seront pas ses soldats.

La femme, qui a exprimé son enthousiasme à s'établir sur la Côte-Nord lors d'une première rencontre avec la presse régionale, mercredi, a une expérience de 30 ans au sein des Forces armées canadiennes (FAC), dont 25 ans comme gestionnaire en service de santé.

Elle estime que son expérience en planification stratégique et opérationnelle est un atout pour le réseau de la santé sur la Côte-Nord.

Elle a notamment contribué à établir le plan des services de santé aux Jeux olympiques de 2010 à Vancouver, en Colombie-Britannique.

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Plus récemment, elle a coordonné le déploiement de 800 militaires dans les CHSLD au Québec et en Ontario lors de la première vague de la pandémie de COVID-19.

«Pour mon style, vous n’avez pas à vous inquiéter. On ne commencera pas un commandement ici et à donner des ordres», a-t-elle précisé, sourire en coin. «Le système de santé militaire, c’est un système de santé provincial selon le «health act». On vit un peu les mêmes enjeux au niveau de la pénurie de main-d’œuvre, des budgets.»

Parmi les priorités de Manon Asselin figure la situation financière du CISSS. Un déficit de 40 millions $ est prévu cette année.

Aussi, elle souhaite que l’établissement de santé devienne un exemple pour la sécurisation culturelle en lien avec les services offerts aux autochtones.

Manon Asselin promet de multiplier les démarches pour favoriser la rétention de la main-d’œuvre tout en travaillant parallèlement à un projet provincial de recrutement dans les pays du nord de l’Afrique.

«C’est sûr que ce projet-là, on ne verra pas les effets tout de suite. Mais nous allons les voir dans quelques années. C’est un plan qui va s’échelonner sur plusieurs années et je vais avoir besoin de l’aide de tout le monde, incluant la population de la Côte-Nord et des employeurs pour aider au jumelage, au parrainage pour un conjoint ou une conjointe.»

Manon Asselin rencontrera les syndicats du réseau de la santé au cours des prochaines semaines. Elle a indiqué que sa résidence permanente est à Sept-Îles.

Un poste d’adjoint à la PDG sera éventuellement pourvu. Il sera basé à Baie-Comeau.