/finance/business
Navigation

L’ère post-essence planifiée de A à Z chez Couche-Tard

L’ère post-essence planifiée de A à Z chez Couche-Tard
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les ventes d’essence sont vouées à diminuer sur la planète ces prochaines années, Alimentation Couche-Tard entend miser notamment sur de nouvelles énergies, le pot et l’alimentation pour renflouer ses coffres.

• À lire aussi: Bruxelles veut la fin des moteurs essence et diesel à partir de 2035

Mercredi, la multinationale lavalloise a présenté ses objectifs à venir aux investisseurs. Sans surprise, il a été question de l’avenir du carburant, car Ottawa prévoit interdire la vente de véhicules légers à essence dès 2035, et du plan de croissance par acquisition et de façon organique de la société. 

En 2020-2021, rappelons que Couche-Tard a mis les pieds en Asie grâce à l’acquisition de dépanneurs Circle K à Hong Kong et à Macao pour environ 475 millions $. La société souhaite y poursuivre son expansion ces prochaines années ainsi que consolider sa présence du côté du Canada et des États-Unis. 

La chaîne québécoise misera également sur de nouvelles technologies liées, entre autres, au service de paiement autonome pour améliorer l’expérience de ses clients. Couche-Tard souhaite aussi déployer à plus grande échelle son service de livraison et de ramassage en magasin.  

D’ailleurs, en 2022, le détaillant prévoit notamment injecter 140 millions $US dans des technologies et 85 millions $US en innovation.   

« Notre mission est simple, c'est de faciliter un peu la vie de nos clients », a indiqué lors de sa présentation le PDG de Couche-Tard, Brian Hannasch. 

Par ailleurs, l’entreprise veut mettre davantage de l’avant sa bannière Circle K avec plusieurs produits maison sous l’enseigne « K », comme des boissons, du café ainsi que de la nourriture.  

En 2020, le détaillant a mis en place un programme d’offre alimentaire à plus grande échelle dans 1500 emplacements. En 2023, Couche-Tard espère avoir atteint plus de 5000 magasins en Amérique du Nord. 

D’ici 2024, la chaîne vise également à construire plus de 500 nouveaux magasins « traditionnels » en Amérique du Nord et 350 sous son nouveau concept « urbain ». 

La direction souhaite aussi élargir son modèle de franchise. Plus de 150 nouveaux sites devraient voir le jour sous cette formule.  

Pour l’essence, Couche-Tard affirme travailler sur différents chantiers. D’autres acquisitions pour des stations-service sont dans les plans. En plus du développement de son réseau de bornes électriques, la compagnie dit vendre en Norvège, au Danemark et en Suède un diesel renouvelable.  

La direction estime que son plan stratégique pourrait générer jusqu’à 1,43 milliard $US en profits supplémentaires en 2023. Sur cinq ans, la stratégie de l’entreprise pourrait rapporter jusqu’à 2,15 milliards $US de plus. 

Et le cannabis ? 

Le cannabis est également un marché sur lequel misera Couche-Tard ces prochaines années ; elle détient des parts dans Fire & Flower. 

À l’été 2020, les deux entreprises avaient annoncé ouvrir des boutiques de vente de cannabis à proximité de succursales. 

Circle K. Fire & Flower compte 81 points de vente, et d’autres ouvertures sont dans les plans au cours des « 12 à 18 » prochains mois. La compagnie regarde aussi attentivement les possibilités du côté du marché américain. 

Depuis 2004, Couche-Tard a réalisé un total de 65 transactions comptant plus de sept dépanneurs et a ajouté 10 600 magasins à son réseau. 

D’ici 2030, d’un point de vue écologique, Couche-Tard se donne pour cible que 30 % de ses sites soient carboneutres et que ses emballages en magasin soient 100 % réutilisables ou recyclables. 

Couche-Tard a enregistré un profit de 2,7 milliards US$ au cours de sa dernière année financière. 

À VOIR AUSSI...