/news/currentevents
Navigation

Un pirate informatique québécois sera extradé vers les États-Unis

Sébastien Vachon-Desjardins
Photo tirée de Facebook Sébastien Vachon-Desjardins, pirate informatique de Gatineau arrêté par la GRC et soupçonné d'avoir volé 35 M$ à ses victimes. Photos tirées de son compte Facebook. COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Un pirate informatique de Gatineau soupçonné d’avoir mené au moins 91 cyberattaques au rançongiciel sera extradé vers les États-Unis afin de répondre aux accusations qui pèsent contre lui au sud de la frontière.

• À lire aussi: Le pirate de Gatineau aurait mené 91 attaques

• À lire aussi: Le FBI coince un pirate informatique québécois

Le technicien en informatique Sébastien Vachon-Desjardins a consenti jeudi matin à son extradition vers le pays de l’Oncle Sam. Un procureur de la Floride l’accuse, entre autres, de fraude informatique, de piratage et d’extorsion à l’encontre de compagnies dans cet État. 

  • Écoutez l'entrevue de l'avocate Nada Boumeftah avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:  

Arrêté le 27 janvier dernier, il sera remis sous peu aux autorités américaines, car il a aussi renoncé au délai de 30 jours possible avant une extradition. Il demeurera détenu d’ici là.

Au moment de son arrestation, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) aurait saisi 300 000$ en argent comptant, en plus de 416 000$ placés dans des coffrets de sûreté. La police aurait aussi trouvé 720 bitcoins dans son portefeuille de cryptomonnaie.

Fraudes majeures

Selon l’entreprise new-yorkaise Chainalysis, une firme d’analyse des transactions en cryptomonnaies qui a aidé le FBI dans son enquête, Sébastien Vachon-Desjardins aurait reçu l’équivalent de 14 millions$ US en escroquant ses victimes à l’aide du rançongiciel NetWalker, rapportait Le Journal de Montréal en janvier dernier.

NetWalker est un «ransomware-as-a-service», c’est-à-dire que des «affiliés» peuvent le louer à ses concepteurs pour frauder les victimes de leur choix. À ce titre, le pirate informatique gatinois empochait 80% des sommes qu’il soutirait aux victimes, selon Chainalysis.

Pour encaisser ces fonds, l’homme de 33 ans aurait compté sur 345 adresses bitcoin où il pouvait recevoir de la cryptomonnaie.

Vachon-Desjardins pourrait avoir fait encore plus de victimes, y compris en utilisant d’autres logiciels malveillants au Canada, en Californie et en France, notamment.

S’il est reconnu coupable de toutes les accusations qui pèsent contre lui à l’heure actuelle, le Gatinois pourrait écoper d’une peine allant jusqu’à 14 ans de prison.

Narcotrafiquant connu

Sébastien Vachon-Desjardins a écopé en 2015 d’une peine de 42 mois de prison pour trafic de drogue.

La police de Gatineau avait alors saisi à sa résidence 137 livres de marijuana, 60 756 comprimés de méthamphétamines, près de 9 kg de haschisch, 146 grammes de cocaïne de haute pureté, 13 627 comprimés d’ecstasy, 24 000$ en «crystal meth», 29 020$ en argent liquide et une machine à compter l’argent.

À VOIR AUSSI: