/sports/basketball
Navigation

LCEB: du basketball professionnel à Verdun

GEN-PLAGE-AUDITORIUM-VERDUN
Photo Agence QMI, Joël Lemay Il y aura un grand retour du basketball à l’auditorium de Verdun.

Coup d'oeil sur cet article

L’auditorium de Verdun accueillera à nouveau du basketball professionnel après la très courte aventure des Dragons de Montréal en 1993. Cette fois, le séjour risque d’être plus long puisque la nouvelle formation de la Ligue canadienne élite de basketball (LCEB) de Montréal y prendra place pour sa première saison officielle dès mai 2022.

• À lire aussi: Charles Dubé-Brais heureux dans le siège du pilote

« J’étais cheerleader en 1993 avec les Dragons, cela n’a pas duré longtemps. Les choses sont nettement plus solides avec la LCEB. Avec les rénovations à l’auditorium de 44 M$ et la capacité de 3500 spectateurs, c’est exactement ce que nous recherchions. C’était l’infrastructure ciblée depuis le début et l’entente est bonne pour cinq ans », mentionne la directrice des opérations de la LCEB à Montréal, Annie Larouche. 

Selon la dirigeante, la capacité d’accueil a été un facteur important dans la décision. « La ligue préfère voir un édifice plus petit rempli au maximum de sa capacité avec beaucoup d’ambiance qu’un grand amphithéâtre à moitié vide. Si l’on fait toujours salle comble, ce sera un heureux problème. »

Annonces à l’automne

L’équipe professionnelle de Montréal a choisi son nom, mais il a été impossible de le soutirer à celle chargée de faire revivre le basketball professionnel à Montréal. 

« Tout ce que je peux dire, c’est qu’il vient d’une suggestion du public et qu’il est révélateur. L’annonce officielle sera probablement en octobre en même temps que le dévoilement du logo de l’équipe qui n’est pas terminé. Le processus d’embauche pour trouver l’entraîneur et les dirigeants commence en septembre », assure celle qui restera en poste avec la nouvelle formation comme vice-présidente aux opérations après son mandat terminé. 

Pour ceux qui se demandent si le premier pilote de l’équipe doit obligatoirement parler le français. La réponse est simple. « C’est un atout, mais ce n’est pas un critère de sélection. Le but est d’avoir une équipe performante le plus rapidement possible. »

À VOIR AUSSI