/weekend
Navigation

Les nomades numériques

WE 0717 VAN AVENTURE
Photo courtoisie, wegotvan

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de Van Aventure, je reçois régulièrement le même message dans ma boîte de courriel : « Je viens de regarder votre émission. Voulez-vous ben me dire comment des jeunes dans la vingtaine peuvent vivre à temps plein dans leur van ? Ça ne travaille pas ce monde-là ? » Clairement, le concept de gagner sa vie sur la route est encore mal compris par plusieurs. Incursion dans le monde des nomades numériques.

Assis sur la banquette arrière de son Sprinter, un casque d’écoute avec micro sur la tête, Émile Tremblay donne une formation informatique en visioconférence. À quelques mètres de lui, bien installée sur le siège passager avant, sa conjointe Sylvie analyse la base de données du concessionnaire automobile pour lequel elle travaille.

Les deux Québécois ont vendu leur maison pour prendre la route en janvier 2020. Au fil des semaines, ils ont appris à vivre et à travailler dans un espace de 9 mètres carrés. Un défi, même pour des amoureux qui se connaissent depuis le secondaire.

WE 0717 VAN AVENTURE
Photo courtoisie, wegotvan

« Pour ce qui est de la job, Émile me dit toujours son horaire, explique Sylvie. Donc je sais quand il va donner des formations et je planifie ma journée pour faire mes appels à un autre moment. Sinon, quand j’ai des urgences, je vais en avant dans la cabine et je tire les rideaux pour couper le son. Sinon, je vais dehors tout simplement. » 

Une partie du boom de popularité de la vanlife s’explique par l’arrivée massive de ces travailleurs « sans domicile fixe ». Avec un ordinateur portable, un téléphone cellulaire et une connexion internet potable, ils arrivent à combiner boulot et vie sur route. Ils sont programmeurs, photographes, gestionnaires de communauté, développeurs web ou producteurs vidéo.

BUREAU SUR 4 ROUES

Avec la pandémie, de nombreux Québécois ont découvert les joies du télétravail. Les vanlifers embrassent ce concept depuis déjà longtemps. Le secret de leur productivité repose toutefois sur une variable importante : la disponibilité d’une bonne connexion !

Comme des abeilles qui butinent de fleur en fleur, ils organisent leur déplacement en fonction des tours de transmission cellulaire. Plus le nombre de barres de réseau sur leur téléphone est grand, plus ils sont heureux.

WE 0717 VAN AVENTURE
Photo courtoisie, wegotvan

Ils sont passés maîtres dans l’art de trouver du wi-fi. « Le truc, c’est de se stationner près d’un restaurant de fastfood et d’utiliser leur signal, explique Émile Tremblay. On a une petite préférence pour les Subway et les Starbucks parce qu’ils ont les meilleurs réseaux ! »

La plupart des nomades numériques utilisent aussi un amplificateur de signal qu’ils installent sur leur van et des applications qui localisent le wi-fi gratuit.

Équipés de ces gadgets, ils réussissent à transformer leur van en bureau sur quatre roues et à être aussi productifs que n’importe quel travailleur. Avec en prime la possibilité d’aller surfer sur l’heure du dîner ! Ils vous le diront : jamais plus vous ne les verrez enfermés dans un cubicule beige dans une tour de bureaux !


Dominic Arpin a récemment publié le guide Van Aventure aux Éditions du Journal.