/entertainment
Navigation

Gros succès pour Elyzabeth Diaga

La chanteuse québécoise poursuivra sa résidence à Las Vegas jusqu’en mars

Coup d'oeil sur cet article

Le rêve américain d’Elyzabeth Diaga se poursuit. Initialement programmée jusqu’en septembre, sa résidence Queens of Rock sera finalement présentée sur la Strip de Las Vegas jusqu’au printemps 2022. 

Elyzabeth Diaga refait le parcours des « reines du rock » sur la scène du Mosaic on the Street, à Las Vegas.
Photo d'archives
Elyzabeth Diaga refait le parcours des « reines du rock » sur la scène du Mosaic on the Street, à Las Vegas.

« C’est vraiment inespéré. Ça va très bien pour moi ici, je me sens sur mon X », déclare la Québécoise en entretien au Journal

En effet. Elle en a eu la preuve tangible la semaine dernière en voyant son Queens of Rock proclamé meilleur spectacle-hommage (ou Best Tribute Show, localement), par les lecteurs du Las Vegas Weekly

Le public a ainsi préféré le spectacle d’Elyzabeth Diaga à ceux faisant revivre les belles années de Prince, Michael Jackson, Elvis Presley et les Beatles, notamment. 

« Ce show-là, c’est mon bébé. C’est mon projet. Je l’ai créé moi-même et j’y crois depuis si longtemps. Alors de voir qu’il est reconnu comme ça – et par le public en plus –, ça me rend incroyablement fière », confie la chanteuse. 

Un projet québécois

Créée au Québec en 2013, cette revue musicale a d’abord été présentée à travers la province avant de débarquer au Mosaic on the Strip de Las Vegas, en octobre dernier, dans une version adaptée au marché américain. Sur scène, Elyzabeth Diaga revisite le répertoire d’icônes féminines ayant forgé l’histoire du rock, de Pat Benatar à Alanis Morrisette, en passant par Tina Turner, Heart, Annie Lennox et même Cher.

Elle continuera donc de se produire devant le public américain à raison de cinq soirs par semaine « au moins » jusqu’à la fin du mois de mars, l’an prochain, laissant présager que son contrat pourrait être reconduit. Un intérêt marqué du côté de la Californie, de l’Utah et de l’Arizona a également été signifié, mais pas encore étudié par la chanteuse.

« J’ai vraiment le sentiment qu’il me reste plein de choses à vivre ici, à Las Vegas. On verra ce que l’avenir me réserve », avance-t-elle. 

Ce Vegas, Elyzabeth Diaga l’a d’ailleurs vu renaître au fil des mois. Arrivée dans la ville du vice il y a à peine un an, la Québécoise a d’abord dû attendre le feu vert des autorités gouvernementales locales avant de pouvoir enfin lever le rideau sur son Queens of Rock, en octobre dernier. 

Depuis, la configuration du spectacle a été adaptée aux assouplissements graduels des mesures sanitaires locales. 

Des exemples ? Elyzabeth Diaga n’est plus tenue de conserver une distance de 25 pieds (près de 8 m) avec son public. Également, le Mosaic on the Strip peut désormais accueillir quelque 600 spectateurs par représentation, soit sa pleine capacité. 

« Moi, je fais ce métier-là pour le contact avec le public, pour vibrer avec lui. Évidemment, la pandémie n’est pas terminée, alors on fait tous très attention. Mais ça fait du bien de pouvoir voir les gens près de moi, qu’ils puissent se lever et triper », confie Elyzabeth Diaga. 


Queens of Rock est présenté au Mosaic on the Strip jusqu’en mars 2022.