/opinion/columnists
Navigation

Le mystère des croyances antivaccinales

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à travers la France pour contester la vaccination, dénoncer la «dictature» ou critiquer le passeport vaccinal.
AFP Des milliers de personnes ont manifesté samedi à travers la France pour contester la vaccination, dénoncer la «dictature» ou critiquer le passeport vaccinal.

Coup d'oeil sur cet article

Après les manifestations contre les mesures de confinement pour anti-COVID-19, voici que des gens descendent dans la rue pour protester contre le laissez-passer vaccinal.

En France, comble de la bêtise et de l’ignorance, certains manifestants ont eu l’audace de comparer les restrictions contre ceux qui n’avaient pas le vaccin à l’étoile jaune nazie qui excluait les juifs de diverses activités.

Faut-il vraiment rappeler à ces cancres en histoire que les juifs étaient persécutés parce qu’ils étaient nés juifs, ce qu’ils ne pouvaient pas changer, et que cette persécution s’appuyait sur d’immondes théories racistes ?

Rien de tout cela dans le cas présent. N’importe qui de 12 ans et plus peut se faire vacciner. Les vaccins sont disponibles et gratuits. Ils sont très sécuritaires, sauf dans des cas rarissimes, comme le prouve le milliard d’êtres humains qui les ont reçus depuis près d’un an.  

Tous les vaccins ne sont pas égaux. Certains provoquent dans les jours qui suivent leur administration plus d’effets secondaires que d’autres. Certains sont plus efficaces que d’autres. 

Mais aucun ne provoque les sombres effets que les complotistes leur attribuent. Ou alors, il faudrait conclure que des centaines de milliers de spécialistes en virologie à travers le monde sont des imposteurs qui ont fait de longues années d’études pour rien. Ou pire, que ces gens sont liés par un pacte secret. C’est du délire.

Au Québec

Et pourtant, au Québec même, près de 6000 personnes sur les 275 000 qui travaillent dans le réseau public de santé refusent toujours de recevoir un vaccin contre la COVID-19. Ces béotiens préfèrent plutôt se faire tester trois fois par semaine, aux frais de la princesse, bien entendu.

Si les effectifs médicaux étaient plus nombreux, le gouvernement leur laisserait le choix entre se faire vacciner ou perdre leur emploi. Mais voilà, leur départ créerait un déséquilibre dangereux pour le système de santé.

Alors nous sommes obligés d’endurer ces employés à la compétence et au jugement plus que douteux. Leur refus obtus de se faire vacciner met en danger la santé et la vie des patients et employés qui fréquentent le réseau de la santé.

Aux États-Unis

Hier, un article du réseau CNN montrait que les 2/3 des Américains qui croyaient que les élections présidentielles avaient été frauduleuses n’avaient reçu aucun vaccin contre la COVID-19. C’est proportionnellement deux fois plus dans la population américaine en général. Une croyance bête arrive rarement seule.

Joe Biden a averti que la pandémie progressait rapidement parmi les personnes qui n’ont pas été complètement vaccinées. Les croyants antivaccins vont-ils se faire vacciner davantage ? Non.

Les démonstrations logiques n’ont pas prise sur ces esprits confus. Mais puisqu’il s’agit d’une question de vie ou de mort, les gouvernements n’ont plus d’autres choix que d’imposer des mesures comme les laissez-passer. 

Il est grand le mystère des croyances.