/finance/business
Navigation

Le tracteur autonome pour résoudre le manque de main-d'oeuvre

Coup d'oeil sur cet article

Le tracteur électrique, intelligent et autonome est en voie de devenir un outil indispensable pour les producteurs maraîchers, en plus d’être un allié précieux pour faire face à la rareté de la main d'œuvre.

Inventé à Shawinigan, le super tracteur est actuellement testé en milieu agricole et ses résultats, jusqu'ici, sont prometteurs.

La machine n'a pas besoin d'opérateur. Elle se dirige toute seule dans les champs à partir des données qui lui ont été transmises. L’engin a été baptisé Érion par son concepteur, qui est aussi le producteur des bornes de recharge électrique Elmec.

Le tracteur électrique pourra éventuellement, de façon entièrement autonome, ensemencer, désherber, épandre les pesticides et récolter. Il peut travailler jour et nuit sans supervision.

Lorsque sa pile est à plat, il se dirige seul vers l'équipement de recharge stationné au préalable dans le champ.

Le tracteur est actuellement mis à l'épreuve sur l’importante ferme maraîchère de Saint-Thomas, près de Joliette dans Lanaudière, Vegkiss.

«Ça avance très bien. Déjà on a réussi à faire des allers-retours dans le champ. Le robot est capable de suivre sa trajectoire lui-même avec l'intelligence artificielle au niveau de la caméra», a analysé Samuel Pittet, ingénieur responsable du projet chez Elmec.

La ferme qui sert de banc d'essai à l'invention en suit de près les progrès. Pour assurer sa production, Vegkiss doit, bon an mal an, compter sur 80 travailleurs étrangers. L'entreprise voit en cette machine une solution pour pallier le manque de main-d’oeuvre.

«Le tracteur se conduit tout seul [nous n’avons pas besoin d’embaucher un] opérateur et vu qu'il peut travailler 24 heures sur 24, ça [nous permet d’économiser le temps de notre] main-d'œuvre, notamment pour le désherbage manuel», a observé Yannick Bérard, superviseur de production, a la ferme Vegkiss.

Elmec assemblera son tracteur intelligent à grande échelle à partir de 2022 dans une usine actuellement en construction à Trois-Rivières.