/news/society
Navigation

Saguenay, 25 ans plus tard: les filles d'un couple disparu témoignent

Coup d'oeil sur cet article

Les filles d'un couple de navigateurs décédés tragiquement à cause des inondations du Saguenay en 1996 témoignent de leur expérience 25 ans plus tard.

• À lire aussi: Déluge du Saguenay: «J’avais une grande peine, puis aussi une révolte»

• À lire aussi: Déluge du Saguenay: sa propriété sauvée par une statue du Sacré-Cœur?

• À lire aussi: Déluge du Saguenay: «Le coffre-fort de la Caisse populaire n’a jamais été retrouvé»

Denis Samson, 45 ans, et Hélène Racine, 48 ans, de Saint-Romuald, partaient pour un voyage de deux semaines lorsqu'ils se sont retrouvés sur le Saguenay dans des conditions apocalyptiques et ont été perdus en mer. 

«Ils s’en allaient faire un voyage de deux semaines pour remonter le fjord au complet», explique une de leurs filles, Nancy Lemieux. «Le matin du 19 juillet vers 11h, ils sont partis de Rivière-du-Loup pour se rendre à Tadoussac, mais les conditions étaient exécrables donc ils n’ont pas eu le temps de se rendre. Quand ils ont tourné, puisqu’ils n’étaient pas capable d’entrer dans le Saguenay, le bateau a été complètement détruit.»

Cette perte a été difficile pour les soeurs, mais selon Mme Lemieux, elles ont accepté dès le départ qu'elles ne pouvaient rien changer à la situation. 

«Le fait qu’ils soient morts si jeunes et ensemble, ça a fait en sorte qu'on a voulu réaliser nos rêves», dit Mme Lemieux. «Toute notre famille s'est soudée. On a gardé le positif de ce grand deuil-là, mais on a décidé de foncer et de réaliser nos rêves et c’est ce qu’on fait encore aujourd’hui.»

«On a vécu en famille ce qu’on avait à vivre à ce moment-là», ajoute Marie-Christine. «On avait un deuil à faire et plusieurs choses à s’occuper.»

Passer plusieurs entrevues au cours des dernières semaines a fait réfléchir les deux soeurs. 

«Ça a changé quelque chose dans ma vie, juste d’en avoir parlé et d’avoir fait le bilan entre nous aussi», note Nancy Lemieux. «On a gardé le positif de ça, c'est-à-dire de réaliser nos rêves et d’être heureux chaque jour.»

«On n’est pas dans la nostalgie du tout», renchérit Marie-Christine. «On regarde plus vers l’avant. On essaie de se concentrer sur ce qui est positif.»