/news/currentevents
Navigation

Un ex-enseignant du primaire coupable d’attouchements

Coup d'oeil sur cet article

Un homme devenu enseignant alors qu'il visionnait de la pornographie juvénile depuis l’adolescence a été reconnu coupable de contacts sexuels sur des enfants dans une école primaire de Lanaudière. 

Marc-Olivier Perreault, 29 ans, s’est adonné à des attouchements sur huit fillettes entre les mois de septembre 2019 et février 2020. Afin de préserver l’identité des victimes, le nom de l’école où les faits se sont déroulés ne peut être précisé.

  • Écoutez l'entrevue de l'avocate Nada Boumeftah avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:

Pendant les périodes de lectures, lors des récréations ou après les cours, il asseyait une ou deux fillettes sur ses genoux alors qu’elles lisaient et il leur flattait les cuisses.

Selon la trame factuelle lue devant la cour, l’accusé passait parfois ses doigts tout près des parties génitales ou sur les parties génitales des enfants, par-dessus leurs vêtements.

Le juge de la Cour du Québec Bruno Leclerc l’a donc déclaré coupable de huit chefs d'accusation de contacts sexuels et de deux chefs d'accusation en lien avec de la pornographie juvénile, lundi, au palais de justice de Joliette. Lors de l'audience, le délinquant a admis qu’il avait visionné de la pornographie juvénile depuis l’adolescence, et qu’il était «possible» qu’il ait accumulé des milliers de fichiers vidéo de cette nature, au courant des dernières années.

L’ordinateur du pédophile a été soumis au laboratoire de la division technologique et «la présence de 5095 fichiers [a été] constatée dans le répertoire pertinent à l’enquête», a-t-il été dit devant le tribunal, lundi.

Des fichiers vidéo de fétichisme des pieds ont aussi été découverts dans l’ordinateur de l’homme. Or, ce dernier réchauffait les pieds des fillettes avec ses mains lorsqu’elles rentraient de l’extérieur. D’autres fois, lors de la lecture en classe, il lui arrivait de caresser les pieds des enfants assises sur lui.

Dénonciation

Il a aussi été mentionné en cour que Marc-Olivier Perreault avait avoué, à une personne travaillant dans la même école que lui, qu’il avait déjà regardé de la pornographie juvénile. Cette personne l’a dénoncé aux policiers, tout en leur mentionnant que le délinquant avait «des comportements inappropriés envers les élèves».

Plusieurs employés de l’école primaire avaient aussi remarqué les gestes irréguliers de l’enseignant pédophile avec les enfants. Celui-ci avait été rencontré par la direction à cet effet. Des enseignantes lui avaient dit de «garder ses distances avec les élèves» et que son attitude envers les enfants était «inconcevable».

Perreault sera finalement arrêté le 13 février 2020 et suspendu de ses fonctions trois jours plus tard.

Avant de connaître la peine qui lui sera imposée, il fera l’objet d’un rapport présentenciel comportant un volet sexologique. Il doit revenir en cour en octobre prochain.