/sports/opinion/columnists
Navigation

Une erreur de moins, trois points de plus

Coup d'oeil sur cet article

Le CF Montréal a remporté un match inhabituellement offensif, samedi dernier, contre le FC Cincinnati. Un duel truffé d’erreurs, qui, au final, a tout de même permis à l’équipe de grappiller trois points supplémentaires au classement.

Neuf buts dans un match de soccer, c’est tout de même très rare. Mais pour les partisans, c’est tout un spectacle, même pour ceux qui n’ont pas vu la rencontre. Ce fut un feu roulant d’émotions pour les deux équipes dans une confrontation avec beaucoup de changements de momentum, ce qui a comme résultat un pointage élevé de 5 à 4.

Toutefois, cette finalité n’est pas nécessairement le fruit de belles actions offensives. Ce sont plutôt des erreurs assez graves qui ont fait en sorte que les deux équipes ont pu obtenir de nombreuses opportunités et mettre le ballon au fond du filet à plusieurs occasions.

Malheureusement, ça arrive assez souvent dans la MLS, où les équipes ont de la difficulté à terminer le match avec un pointage, disons, plus classique.

Des bourdes et encore des bourdes

Tout d’abord, parlons des gardiens. Celui du FC Cincinnati a commis plusieurs bourdes qui ont profité au CF Montréal. Il a été incapable de contrôler le tir de Victor Wanyama et a accordé un juteux rebond qui a profité à Joaquin Torres. Puis, il y a eu sa sortie hasardeuse qui a permis à Mason Toye de marquer sur un penalty.

De son côté, James Pantemis n’a pas été blanc comme neige. Il a lui aussi cafouillé sur le deuxième but du FC Cincinnati en calculant mal le temps et l’espace à sa disposition.

Mais il n’y a pas que les gardiens qui ont commis d’énormes erreurs lors de cet affrontement. Pensez à Rudy Camacho qui est tombé tout seul ou même l’horrible tête d’un joueur du FC Cincinnati, qui a envoyé le ballon dans une zone très dangereuse. C’est Ahmed Hamdi qui a profité de ce cafouillage pour ainsi marquer le but de la victoire.

Il ne faut pas oublier Wanyama qui s’est aussi mis les pieds dans les plats sur la première réalisation de la formation de l’Ohio, en tout début de match.

De plus, les lignes du milieu des deux équipes n’ont eu aucune influence défensive lors du duel. En fait, je ne me rappelle pas d’avoir vu une action offensive qui a été contrecarrée par les milieux de terrain.

Ainsi, ce fut un match complètement ouvert lors duquel les joueurs ont commis beaucoup d’erreurs individuelles et où l’organisation défensive du collectif des deux équipes a fait défaut. Heureusement pour le CF Montréal, le match est allé de son côté, mais ce ne fut pas nécessairement en raison d’une tactique ou d’une stratégie exceptionnelle. La raison de son succès est simple. Le club montréalais a fait une erreur de moins que le FC Cincinnati.

L’entraîneur-chef de l’équipe, Wilfried Nancy, a déclaré qu’il était satisfait du match, côté tactique. Mais il parlait assurément d’un point de vue offensif. Certainement pas défensif.

Trois points qui font du bien

Malgré tout, le CF Montréal est ressorti de ce match, un premier disputé au Stade Saputo cette saison, avec les trois points. Outre cela, l’influence de Joaquin Torres, qui a vraiment été dynamique et audacieux, doit certainement avoir ravi les partisans. L’Argentin est une véritable boule d’énergie et a été une menace constante face au FC Cincinnati. C’est un joueur capable de provoquer des choses, qui met la défensive adverse en difficulté et qui a été présent dans presque toutes les attaques du CF MTL.

Si Torres a impressionné, Hamdi, qui a marqué deux fois, n’avait pas vraiment, jusqu’à présent, réussi à démontrer son grand potentiel. Mais, il fait ce qu’on souhaite d’un milieu de terrain et je pense qu’il rendra de fiers services à l’équipe.