/sports/jo
Navigation

Jeux de Tokyo: Michael Woods en meilleure forme

CYCLING-FRA-TDF2021-STAGE15
Photo AFP Michael Woods lorsqu’il a croisé le fil d’arrivée de la 15e étape du Tour de France, le 11 juillet dernier.

Coup d'oeil sur cet article

TOKYO | Même s’il a été victime de deux chutes au Tour de France et qu’il s’est retiré vendredi avant la 19e étape afin de se pointer au Japon plus tôt que prévu, Michael Woods est dans une bien meilleure forme et dans un état d’esprit plus favorable qu’en 2016 à l’aube des Jeux olympiques de Rio.

• À lire aussi: Jeux de Tokyo: annulés au dernier moment?

• À lire aussi: Jeux de Tokyo: un processus long et compliqué

Samedi, Woods et l’équipe canadienne de cyclisme sur route seront parmi les premiers à entrer en scène à l’occasion des Jeux de Tokyo. 

«En 2016, j’avais subi une fracture du fémur avant les Jeux et je n’étais pas à 100 % à Rio. Cette fois-ci, malgré ma chute au Tour de France, je me sens beaucoup mieux», raconte-t-il. 

«En 2016, [...] j’avais connu l’une des saisons les plus difficiles de ma carrière. À Tokyo, je me sens réellement chanceux de me retrouver dans la position actuelle. J’ai un fils qui va se pointer d’un moment à l’autre et j’espère que mon épouse pourra attendre mon retour avant d’accoucher. Je ressens seulement de l’excitation et pas de nervosité», poursuit-il.

Si le résultat de Rio n’avait pas été éclatant avec une 55e place, Woods estime que sa présence au Brésil n’a pas été vaine. 

«J’ai appris beaucoup, a-t-il affirmé. Depuis mes débuts en cyclisme, mon objectif était de participer aux Jeux olympiques. J’ai alors réalisé que j’étais aussi capable d’aller chercher des résultats.» 

Une médaille dans sa mire

Parmi les favoris pour remporter une médaille en raison d’un parcours difficile avec une fin qui comporte une bosse qui favorise ses qualités de grimpeur en raison d’une ascension oscillant entre 10 et 12 pour cent, Woods ne fait pas de cachette sur ses objectifs.

«Mon objectif est de remporter une médaille, a déclaré le coureur d’Ottawa, mais ça va être très dur. Il y a une quinzaine de gars qui peuvent aspirer au podium. Ça va m’avantager si la course est difficile. Lundi, j’ai été faire la montée qui sera déterminante pour la deuxième fois depuis mon arrivée au Japon et ça correspond bien à mes qualités. C’est très spécial la vue du mont Fuji.»  

Confiance en ses coéquipiers

Pour grimper sur le podium, Woods est pleinement conscient que ses coéquipiers et amis Guillaume Boivin et Hugo Houle auront un rôle déterminant à jouer. 

«Les deux devront connaître une bonne course pour que j’aie des chances de médaille, a-t-il résumé. [...] Hugo m’a aidé beaucoup quand j’ai remporté la médaille de bronze au championnat mondial en 2018 et j’ai beaucoup confiance en lui.»

N’eût été la COVID-19, Hugo Houle s’attendait à vivre une expérience différente à Tokyo. 

«Cela aurait été très enjoué et très différent de Rio où nous étions loin du village olympique, a mentionné l’auteur d’une 66e position au Tour de France. Nous aurions pu vivre l’événement et l’aspect culturel sans la COVID. Ça reste une belle course avec Michael qui est en très bonne forme et qui a une belle chance de médaille.»

Woods abonde dans le même sens. 

«J’ai quitté la bulle du Tour de France pour me retrouver dans une autre bulle composée uniquement de cyclistes. À l’exception des panneaux de signalisation, je n’ai pas l’impression que je suis au Japon. La course olympique devient une autre course de vélo. Ça enlève le plaisir.»