/sports/jo
Navigation

Jeux de Tokyo: un rôle de second pour Houle et Boivin

Hugo Houle (à gauche) lors du Tour de France
Photo AFP Hugo Houle (à gauche) lors du Tour de France

Coup d'oeil sur cet article

La mission principale de Guillaume Boivin et Hugo Houle aux Jeux olympiques de Tokyo en sera une plutôt inusitée, soit celle d’aider un coéquipier à enlever les honneurs de la compétition de cyclisme sur route.

• À lire aussi: Jeux olympiques: voici nos 66 athlètes québécois à Tokyo

• À lire aussi: Jeux de Tokyo: Michael Woods en meilleure forme

Les deux Québécois rouleront aux côtés de Michael Woods et l’aideront à préserver son énergie pour les moments importants, avec un espoir de médaille pour ce dernier au fil d’arrivée.

D’ailleurs, Boivin et Houle sont habitués à ce genre de situation, eux qui assument des rôles similaires dans leur carrière professionnelle respective.

« Si on gagne une médaille, on va la couper en trois, a lancé Boivin, à la blague

« C’est sûr que le cyclisme c’est un sport vraiment particulier, parce que c’est un sport d’équipe, où il y a juste une personne qui monte sur le podium. C’est un peu spécial, mais c’est un honneur d’être ici », a-t-il ajouté, avec un peu plus de sérieux.

« Il faut être honnête avec soi-même. Il faut connaître sa place. Je sais très bien que je ne gagnerai pas les Jeux olympiques sur un tel genre de parcours, a admis Houle. Il n’y a pas nécessairement de chances, donc à ce moment-là, de pouvoir contribuer au succès de quelqu’un, c’est comme ça qu’on trouve notre satisfaction. »

Pour y arriver, Houle et Boivin veulent s’assurer de rester avec Woods jusqu’à la troisième – et dernière – montée du mont Fuji, où le grimpeur canadien pourra ensuite montrer l’étendue de son talent de grimpeur. D’ailleurs, Woods avait enfilé le maillot à pois, remis au meilleur grimpeur du Tour de France, avant d’abandonner pour se rendre à Tokyo plus rapidement.

Fierté québécoise

La Belle Province sera bien représentée dans cette équipe canadienne, puisque deux des trois membres de l’équipe sont québécois. C’est depuis un très jeune âge que les deux cyclistes en question rêvent aux Jeux olympiques.

Forts d’un Tour de France qu’ils viennent tout juste de compléter, Houle et Boivin sont en très bonne condition physique en vue de la compétition à Tokyo. Les deux savourent très bien chaque moment de leur expérience, malgré les nombreuses restrictions qui les empêchent de vivre pleinement l’expérience olympique.

« Deux petits culs du Québec qui finissent le Tour de France ensemble, c’est quelque chose qui n’est jamais arrivé. Personnellement, j’étais bien fier, c’était un beau moment, de dire Boivin.

« C’est des rêves de petit gars qu’on a travaillé près de la moitié de notre vie pour y arriver. Personnellement, ce sont mes premiers Jeux olympiques, et c’est vraiment le fun avec tout le travail qui a été mis derrière ça, d’y arriver. Et encore plus avec Hugo. »

La course sur route de 234 kilomètres chez les hommes aura lieu samedi.

À voir aussi