/world/america
Navigation

Équateur: des émeutes dans deux prisons font au moins 18 morts

Équateur: des émeutes dans deux prisons font au moins 18 morts
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Quito | Des émeutes dans deux prisons équatoriennes ont fait au moins 18 morts et plus d'une cinquantaine de blessés, dont des policiers, selon un nouveau bilan annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi par l'administration pénitentiaire. 

Des forces d'élite de la police ont «repris le contrôle» des deux prisons, l'une dans la province de Guayas (Sud-Ouest) et l'autre dans celle de Cotopaxi (centre), précise dans un communiqué du Service national de suivi des détenus (SNAI).

Dans la prison de la province de Guayas (Sud-Ouest), huit détenus sont morts et trois policiers ont été blessés.

Dans celle de la prison de Cotopaxi (centre), dix détenus sont morts et 35 autres ont été blessés. Six policiers ont également été blessés dans cet établissement.

Ces deux prisons comptaient parmi celles qui ont connu de violentes émeutes en février. Des affrontements entre gangs pour le contrôle des principales prisons du pays avaient causé la mort de 79 détenus en une seule journée.

Les violences de février avaient été marquées par des scènes terribles, avec des cadavres décapités, révélant la puissance des gangs de narcotrafiquants dans ces établissements surpeuplés.

L'Équateur compte environ 60 centres pénitentiaires d'une capacité de 29 000 places. La surpopulation avoisine 30 %, avec 38 000 détenus, surveillés par 1500 gardiens alors que, selon des experts, il en faudrait 4000 pour un contrôle efficace.

Selon le Défenseur du peuple, il y a eu «103 assassinats» dans les prisons équatoriennes en 2020.

Pour tenter de contrer les violences en prison, l'ex-président Lenin Moreno, remplacé en mai par Guillermo Lasso, avait décrété plusieurs fois l'état d'exception, notamment en 2020 pour trois mois.

Depuis le début de la pandémie, l'Équateur utilise des peines de substitution pour les délits mineurs afin de réduire sa population carcérale et a ramené ainsi la surpopulation des prisons de 42 % à 30 %.