/news/currentevents
Navigation

Michel Venne fait appel du verdict

Michel Venne à son arrivée au Palais de Justice de Québec le 25 janvier 2021.
Photo Stevens LeBlanc Michel Venne à son arrivée au Palais de Justice de Québec le 25 janvier 2021.

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-journaliste Michel Venne fait appel de son verdict de culpabilité pour agression et exploitation sexuelle en plaidant que le juge aurait commis plusieurs erreurs, notamment dans l’évaluation de son témoignage.

• À lire aussi: Les représentations sur la peine reportées en septembre

• À lire aussi: Il est temps que la honte change de camp, lance Léa Clermont-Dion

Déclaré coupable il y a un mois, l’ancien directeur de l’Institut du Nouveau Monde est toujours en attente de sa peine.

En août 2008, Venne avait agressé sexuellement une mineure de 17 ans, alors stagiaire, lors d’un événement à Québec.

Dans le cadre de son analyse, le juge Stéphane Poulin a conclu que l’ancien journaliste avait offert au tribunal une version « calculée » qui manquait « de franchise et de transparence ».

La victime, Léa Clermont-Dion, a fait lever l’ordonnance de non-publication qui protégeait son identité. « Il est temps que la honte change de camp », a laissé tomber la jeune femme.

Acquittement

La défense a déposé un « avis d’appel d’une déclaration de culpabilité comportant uniquement des questions de fait ».

Selon Venne, c’est une erreur de conclure que son témoignage était invraisemblable. « Le juge de première instance a erré en droit en évaluant le témoignage de Michel Venne selon une norme plus rigoureuse que celle utilisée lors du témoignage de la plaignante », peut-on lire.

Le juge aurait aussi erré en droit en considérant que les démarches effectuées par Lise Payette auprès de la plaignante affectent la crédibilité de Michel Venne. Il demande donc de substituer un verdict d’acquittement ou d’ordonner un nouveau procès.

La requête en autorisation d’appel sera présentée le 29 septembre.